Thaïlande : l’armée prend la main sur la politique

  • A
  • A
Thaïlande : l’armée prend la main sur la politique
Le général en chef de l'armée lors d'une conférence de presse@ Reuters
Partagez sur :

Une réunion entre rivaux politiques va être organisée par l’armée, qui a empêché le gouvernement d’accéder à ses bureaux.

L’INFO. La première journée sous la loi martiale s’est déroulée dans le calme, en Thaïlande. Mercredi, l’armée semble prendre en main la crise politique qui ronge le pays depuis plusieurs mois et a convoqué une réunion inédite entre les rivaux politiques à Bangkok.

Les leaders des Chemises rouges, pro-gouvernement, et des Chemises jaunes, dans l’opposition, vont donc se retrouver au Club de l’armée à 13h30, heure locale, a confirmé une porte-parole de l’armée. Autour de la table, les responsables des partis au pouvoir et de l’opposition, ainsi que des manifestants des deux camps, mais aussi le président du Sénat et de la Commission électorale. Selon Associated Press, plusieurs réunions pourraient avoir lieu dans la journée.

Par ailleurs, l’armée a empêché le gouvernement d’utiliser son QG de crise. Le secrétariat permanent du ministère de la Défense "a dit au Premier ministre par intérim et au reste du gouvernement de ne pas utiliser leurs bureaux", a déclaré un responsable du gouvernement. L’exécutif s’y réunissait depuis que les manifestants bloquent le siège habituel du gouvernement, qui "utilise maintenant un lieu sûr", a précisé un responsable.

Que veulent-ils vraiment ? Mais les réelles intentions de l’armée, qui a déclaré la loi martiale, comme le lui permet la Constitution, sont encore floues. Le général en chef de l’armé Prayuth Chan-Ocha n’a pas levé les doutes lors de la conférence de presse qu’il a tenue mardi. Interrogé sur un éventuel coup d’Etat, il a simplement répondu : "C’est une question à laquelle personne ne va répondre."

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

REPORTAGE - A Bangkok, le calme règne en façade

L'INFO - La loi martiale décrétée en Thaïlande

CELA DEVAIT ARRIVER - La Thaïlande, une cocotte-minute prête à exploser

CONFLIT AU LONG COURT - La crise politique s'éternise en Thaïlande