Terrorisme : "La Suisse s’est longtemps crue épargnée"

  • A
  • A
Terrorisme : "La Suisse s’est longtemps crue épargnée"
Capture d'écran du site du journal Le Temps@ DR
Partagez sur :

Un important dispositif de sécurité a été déployé à Genève et à la frontière avec la France, sous le regard inquiet des habitants.

Le niveau d'alerte a été relevé jeudi à Genève où la police est à la recherche de suspects possiblement "liés au terrorisme". Samedi, une grande fête populaire doit se tenir dans le centre-ville. Une situation inédite pour nos voisins qui se pensaient loin des événements qu’a pu vivre Paris le 13 novembre dernier. "La Suisse s’est longtemps crue épargnée", explique le journaliste suisse Michel Beuret. "On prend conscience qu’il y a un danger réel", confie-t-il. 

Un niveau d’alerte inédit. Pour la première fois la Suisse est directement menacée par des actes terroristes sur son territoire. "C'est la première fois que je vois une menace avec un degré de gravité aussi élevé" a déclaré Frédéric Esposito, directeur de l'Observatoire universitaire de sécurité, dans le Journal du matin de la RTS.

Le spécialiste rappelle que des 36 touristes suisses avaient été tués dans un attentat à Louxor en Egypte en 1997. ce qui le fait dire que "la neutralité suisse n'est pas une protection contre le terrorisme". Car même si la Suisse ne participe pas directement à la coalition internationale, elle dialogue avec ses acteurs.

Un important dispositif. A Genève, une chasse à l’homme a débuté. La police "recherche activement quatre personnes, dont le signalement a été fourni par la CIA qui a alerté les autorités suisses. Les suspects sont considérés comme des sympathisants du groupe Etat islamique, selon une note de la police genevoise consultée par le média suisse.

A la frontière avec la France, un important dispositif a été déployé, notamment des douaniers en armes. "Mais une partie reste discrète", confie Michel Bachar, porte-parole des gardes-frontières. "Nous avons une grande histoire de collaboration avec les autorités françaises. Pour ce qui est du passage physique nous avons une bonne vue d’ensemble de ce qui se passe à la frontière", explique-t-il à Europe1.

La fête de l’Escalade sous haute protection. Alors dans les rues de Genève, l’inquiétude monte et les rumeurs vont vite, comme le raconte le quotidien Le Temps dans ses colonnes. ""Les djihadistes viennent de passer par ici!, s’exclame un kiosquier. Ils étaient suivis par plusieurs voitures de police!". Dans les rues, chacun croit avoir assisté à quelque chose de crucial", rapporte le journaliste du Temps, et de poursuivre son reportage : "Plus loin, un groupe de jeunes s’enflamme : "Genève est en alerte, il faut éviter les lieux publics! Ca va être chaud ce week-end pour l’Escalade ! (une grande fête populaire célébrée chaque année le 12 décembre à Genève)".

Des patrouilles supplémentaires devraient être déployées samedi pour assurer la sécurité des cortèges. Et selon les médias suisses, la communauté juive de Genève a été invitée à la plus grande prudence et les sites israélites ont été placés sous protection renforcée.