Terrorisme : Fabius se veut "implacable"

  • A
  • A
Terrorisme : Fabius se veut "implacable"
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius@ EUROPE1
Partagez sur :

Le ministre des Affaires étrangères s'est exprimé sur la situation en Algérie et au Mali.

"Il n'y aucune impunité face aux terroristes. (…) Face au terrorisme, il faut être implacable." Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a martelé un discours de fermeté dimanche matin lors du Grand rendez-vous Europe 1, I>Tele et Le Parisien. Comme le président de la République samedi, le ministre a affirmé son soutien à l'action des autorités algériennes face au commando islamiste qui a attaqué le site gazier d'In Amenas. Alors que plusieurs pays ont critiqué l'assaut de l'armée algérienne contre le site, le chef de l'Etat a estimé qu'Alger avait eu les "réponses adaptées". "Je partage tout-à-fait l'analyse de François Hollande", a indiqué Laurent Fabius.

>> LIRE AUSSI : Prise d'otages en Algérie : les zones d'ombre

Même si cela implique la mort de dizaines d'otages ? "Il faut avoir à l'esprit que les terroristes, très nombreux, qui ont attaqué ce dépôt gazier sont des tueurs", a souligné le ministre. "Ils pillent, ils violent, ils saccagent. La situation était épouvantable. Les décisions ont été prises par les autorités algériennes et je suis un peu heurté lorsqu'on a l'impression que ce sont les Algériens qui sont mis en cause alors qu'ils ont dû répliquer à des terroristes."

Les preneurs d'otages "risquent gros"

Le ministre des Affaires étrangères a également mis en garde les preneurs d'otages qui retiennent encore des Français au Sahel. "Nous faisons le maximum pour libérer les otages et nous disons la réalité des choses : que les preneurs d'otages doivent savoir que s'ils mettaient leur menace à exécution, ils risqueraient gros", a-t-il prévenu. François Hollande recevra dimanche les familles des sept otages français encore détenus au Sahel, dont le sort soulève de grandes inquiétudes après l'intervention militaire française au Mali.

 >> LIRE AUSSI : Mali : les familles des otages inquiètes

L'Europe forme des soldats maliens "dans l'urgence"

Laurent Fabius s'est également exprimé sur la situation au Mali. L'objectif est que 5.500 soldats africains soient sur le terrain, a-t-il annoncé, "C'est plus qu'avant", a-t-il confirmé, "car les Tchadiens se sont engagés". "Il y a déjà des troupes à poste, d'autres le seront dans les semaines qui viennent." L'Europe a décidé de former "en urgence" les soldats maliens, a-t-il précisé."Une partie de l'armée malienne est engagée, mais il faut améliorer sa formation et son équipement. C'est l'Europe qui a décidé d'assurer cette formation en envoyant 250 formateurs et 200 personnes pour les protéger". Le ministre a précisé qu'un sommet à Addis Abeba, en Ethiopie, le 29 janvier réunira la communauté internationale qui sera "appelée à financer" cette formation. Par ailleurs, Laurent Fabius a révélé que la Russie avait "proposé d'apporter des moyens de transports" pour les troupes et le matériel français au Mali.

Quant aux armes en provenance de la Libye et qui circulent actuellement au Mali, Laurent Fabius a estimé qu'il aurait fallu surveiller la circulation des armes après la chute du régime de Khadafi. "Je pense que l'intervention en Libye était justifiée", a affirmé le ministre, "car Khadafi était un dictateur, qu'il y avait un soulèvement du peuple et que nous devions soutenir ça. Mais après, il aurait fallu se préoccuper des armes et du reste. Ca n'a pas été fait. Du coup, beaucoup d'armes se sont retrouvés ailleurs, notamment au Mali. Ca, c'est une erreur grave. Je pense qu'il faut en tirer les leçons pour les autres éventuels conflits."