Taxer les beaux pour aider les laids

  • A
  • A
Taxer les beaux pour aider les laids
Pour résoudre le problème du célibat au Japon, un économiste propose de taxer les hommes beaux.@ REUTERS
Partagez sur :

Un économiste japonais affirme que cette idée résoudrait le problème du célibat.

L'idée peut sembler farfelue mais elle est très sérieuse. Un économiste japonais, Takuro Morinaga, propose de multiplier par deux le taux d'imposition des hommes beaux, et diminuer celui des hommes laids. Selon lui, une telle mesure permettrait non seulement à de nombreux célibataires de se marier, mais aussi de contribuer au financement des retraites.

Pour parvenir à ce résultat, Takuro Morinaga, qui enseigne l'économie dans une université de la banlieue de Tokyo, propose de créer quatre catégories d'hommes célibataires : "les beaux gosses, les normaux, les moyennement laids et les laids", explique-t-il très sérieusement à l'hebdomadaire Aera, traduit par Courrier international.

50% des célibataires chez les 30-35 ans

Les "beaux" verraient leur taux d'imposition augmenter de 100%, tandis que les "moyennement laids" verraient le leur baisser de 10%, et les "laids" de 20%. Pour les "normaux", en revanche, rien ne changerait.

A l'origine de cette proposition, un constat : "près de 50% des hommes âgés de 30 à 35 ans sont toujours célibataires". La crise a, en plus, mis à mal le modèle de "l'emploi à vie" et provoqué une chute spectaculaire des revenus : "désormais, seule une poignée d'hommes possèdent à la fois la stabilité de l'emploi, la stabilité des revenus et la stabilité des vieux jours, qui compensaient autrefois le manque d'attrait physique", souligne encore l'économiste.

Un "conseil d'évaluation de la beauté"

Or, les femmes japonaises cherchent toujours un conjoint dont les revenus sont au moins deux fois supérieurs aux leurs, indique Courrier international. "Le seul moyen pour les laids de rivaliser avec les beaux, c'est l'équilibrage des revenus", assure Takuro Morinaga. Le système permettrait de donner plus de confiance aux "laids" et "les femmes en viendront à réviser leurs critères de choix".

Takuro Morinaga affirme même que la plus forte imposition des Apollons générerait des revenus qui pourraient être affectés au financement des retraites.

Reste à savoir comment les hommes seraient affectés à leurs catégories. Là encore, Takuro Morinaga a la solution : c'est un "conseil d'évaluation de la beauté", composé de cinq femmes tirées au sort, qui aurait la lourde tâche de prendre la décision.