États-Unis : un adolescent soupçonné d'avoir tué son père avant de tirer dans une école

  • A
  • A
États-Unis : un adolescent soupçonné d'avoir tué son père avant de tirer dans une école
Photo d'illustration. @ Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Le tireur, un adolescent, a été arrêté. 

Un adolescent est soupçonné d'avoir tué son père avant d'ouvrir le feu dans une école, faisant trois blessés dans le sud-est des Etats-Unis, ont annoncé mercredi les autorités locales, écartant tout lien avec "une menace terroriste".

"Pas de connotation raciste". Le suspect a tiré sur deux autres garçons dans la cour de l'établissement, les blessant respectivement à la jambe et au pied, ainsi que sur une enseignante, touchée à l'épaule, de l'école primaire de Townville, en Caroline du Sud. La fusillade a éclaté dans l'après-midi, a indiqué la police lors d'une conférence de presse. Le mineur "a été interpellé, il n'y pas de danger pour les habitants", a déclaré le capitaine Garland Major, du bureau du shérif du comté d'Anderson.  "Toutes les victimes ainsi que le suspect sont blancs, il n'y a pas de connotation raciste associée à ces faits" qui "ne sont liés à aucun type de menace terroriste", a précisé le bureau du shérif dans un communiqué.

Le père retrouvé mort. Une enquête pour homicide a été ouverte après la mort d'un homme de 47 ans, Jeffrey DeWitt Osborne, retrouvé mort dans une maison à quelque trois kilomètres de l'école. Il s'agirait du père du suspect, a indiqué le médecin légiste, Greg Shore. "L'enquête en est à ses débuts", a souligné le capitaine Major, précisant qu'on ignorait encore si le suspect souffrait de problèmes mentaux. Les autorités n'ont pas précisé l'âge des blessés.

Les fusillades dans les écoles aux Etats-Unis sont un phénomène relativement fréquent. La Caroline du Sud est l'un des Etats les plus permissifs en matière de détention d'armes à feu aux Etats-Unis. Les images en direct d'une chaîne locale avaient montré dans l'après-midi un nombre important de policiers, souvent lourdement armés, parfois casqués et vêtus d'un gilet para-balle. Des bus scolaires, à bord desquels on pouvait aussi apercevoir des membres des forces de l'ordre, ont évacué les enfants pour les mener à une église proche de l'école, selon les médias locaux.