Taïwan : Tsai Ing-wen devient la première femme présidente

  • A
  • A
Taïwan : Tsai Ing-wen devient la première femme présidente
Tsai Ing-wen, la cheffe du Parti démocratique progressiste, est devenue présidente de Taïwan. @ PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :

ELECTION - La cheffe de file de l'opposition, Tsai Ing-wen, a remporté l'élection présidentielle à Taïwan, samedi. 

La candidate de l'opposition à Taïwan, Tsai Ing-wen, a enregistré samedi une victoire électorale écrasante pour devenir la première femme présidente de l'île.

Le parti au pouvoir reconnaît sa défaite. "Je suis désolé... Nous avons perdu. Le parti au pouvoir du Kuomintang (KMT) a subi une défaite électorale. Nous n'avons pas travaillé assez dur et nous avons déçu les attentes des électeurs", a déclaré Eric Chu, candidat du Kuomintang, au siège du parti alors que le comptage se poursuivait, plus de trois heures après la clôture du scrutin. D'après les chiffres communiqués en direct par la télévision, la victoire de Tsai Ing-wen prenait la forme d'un raz-de-marée, avec quelque 60% des voix contre 30% à Eric Chu dont le parti enregistre une défaite historique.

Pas une bonne nouvelle pour la Chine. En votant massivement pour le Parti démocratique progressiste (PDP) de Tsai Ing-wen, le principal parti d'opposition, les Taïwanais ont clairement exprimé leur souhait de tourner le dos à des années de rapprochement avec la Chine. Le KMT a mené depuis depuis huit ans une politique inédite de réchauffement avec Pékin sous l'égide de Ma Jing-jeou. Tsai Ing-wen, une ancienne universitaire de 59 ans, a vraisemblablement bénéficié du malaise croissant suscité par les relations bilatérales avec Pékin et de la frustration d'une partie des 18 millions d'électeurs face à la stagnation économique.

Tsai Ing-Wen avertit la Chine. Samedi soir, la foule commençait à se rassembler à Taipei au quartier général du PDP, beaucoup plus méfiant envers Pékin. "La Chine n'a pas le droit de revendiquer Taïwan et c'est ce que nous voulons dire au monde", a lancé Angela Shi, une électrice venue spécialement de San Francisco où elle habite pour voter. Tsai Ing-wen a averti samedi Pékin que "le système démocratique, l'identité nationale et l'intégrité territoriale" de l'île devait être "respectés". "Notre système démocratique, notre identité nationale et notre intégrité territoriale doivent être respectés. Toute forme de violation affectera la stabilité des relations entre les deux rives du détroit ", a déclaré à la presse Tsai Ing Wen, qui a infligé lors de la présidentielle de samedi une défaite cinglante au parti au pouvoir, le Kuomintang (KMT), artisan du rapprochement avec Pékin.

Dans un discours prononcé plus tôt, Tsai Ing Wen a promis d’œuvrer "à maintenir la paix et la stabilité" dans les relations avec la Chine. "Nous devons nous assurer qu'il n'y aura aucune provocation ou accident", a-t-elle ajouté. Le dégel des relations avec Pékin avait culminé fin novembre avec le premier sommet depuis la séparation de la Chine continentale et de l'île de Taïwan il y a plus de 60 ans.