Tafta : la position de la France est "totalement insuffisante", juge Frédéric Viale

  • A
  • A
Tafta : la position de la France est "totalement insuffisante", juge Frédéric Viale
@ RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :

Pour Frédéric Viale, auteur de "Le Manifeste contre les Accords Transatlantiques", membre d’ATTAC et du collectif Stop Tafta, le traité transatlantique est un "attentat massif contre la démocratie".

INTERVIEW

Frédéric Viale part en guerre contre le Tafta. Dans son livre Le Manifeste contre les Accords Transatlantiques, le militant altermondialiste parle même d’un "attentat massif contre la démocratie".

"Ces traités organisent les moyens de détruire nos régulations". "Ces traités organisent les moyens de détruire nos régulations. Il y a un mécanisme là-dedans, le mécanisme de coopération réglementaire, qui est en fait un chèque en blanc donné essentiellement aux lobbys des entreprises pour influencer considérablement les futures réglementations sociales et environnementales. Il y a non seulement le mécanisme d’arbitrage, dont on a beaucoup parlé, mais aussi ce mécanisme-là", explique-t-il sur Europe 1.

Tafta-Ceta : même combat. Vent debout contre le Tafta, le membre d’ATTAC et du collectif "Stop Tafta" l’est aussi contre le Ceta, qui concerne l’Union européenne et le Canada. "Il comporte exactement les mêmes dispositifs que dans celui avec les Etats-Unis, c’est-à-dire : libéralisation à tous les étages, arbitrage privé et coopération réglementaire", détaille Frédéric Viale. "Tant que le ministre soutient l’accord avec le Canada, il n’est pas crédible dans son attaque contre l’accord avec les Etats-Unis", continue-t-il.

"Pour l'instant, on est dans les promesses". Mardi, François Hollande a lui aussi fait état de son insatisfaction quant aux négociations actuelles. "Jamais nous n'accepterons la mise en cause des principes essentiels pour notre agriculture, notre culture, pour la réciprocité pour l'accès aux marchés publics", a déclaré le chef de l'Etat. "Cette position paraît totalement insuffisante, parce que pour l’instant on est dans les promesses", réagit Frédéric Viale. "Maintenant, il s’agit d’agir. Non seulement il faut arrêter les négociations avec le Tafta, et pas seulement dire qu’on va le faire si les négociations ne vont pas assez loin. Mais il faut aussi être cohérent et dire la même chose pour le traité avec le Canada, car l’interpénétration de l’économie canadienne et états-unienne  est telle que si on arrête l’un et pas l’autre, on aura fait que la moitié du travail."