Syrie : un ministre entre en dissidence

  • A
  • A
Syrie : un ministre entre en dissidence
@ Capture d'écran
Partagez sur :

Le vice-ministre du Pétrole confie qu'il ne veut pas travailler pour "un régime criminel".

Il est le plus haut cadre du régime de Bachar al-Assad à faire défection depuis le début des violences, qui ont fait plus de 8.500 morts. Le vice-ministre syrien du Pétrole, Abdo Hussameddin, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi sa démission. Dans un message postée sur YouTube, le vice-ministre explique qu'il a rejoint "la révolution du peuple qui rejette l'injustice et la campagne brutale du régime".

Rami, le militant qui a tourné et posté la vidéo a été aidé par les membres de l'opposition au régime de Bachar El-Assad. Ce même militant rapporte que les insurgés ont participé à la défection du vice-ministre.

Pour des raisons de sécurité, l'endroit où la vidéo a été tournée n'a pas été révélé :





Dans son message, Abdo Hussameddine affirme avoir servi le gouvernement syrien pendant 33 ans et ne pas souhaiter terminer sa vie "au service d'un régime criminel". "C'est pourquoi j'ai pris le droit chemin, sachant que ce régime brûlera ma maison, traquera ma famille et fabriquera des mensonges", ajoute-t-il.

Les autres ministres incités à le suivre

Le vice-ministre du Pétrole s'en prend également à la Russie et à la Chine. Il accuse leurs deux gouvernements de ne pas "être des amis du peuple syrien mais des partenaires des assassinats" de Syriens. La Russie comme la Chine ont en effet bloqué à deux reprises des résolutions de l'ONU condamnant la répression en Syrie.

Abdo Hussameddin appelle enfin les autres membres du gouvernement le rejoindre et à abandonner "un bateau qui coule". La démission d'un haut cadre du régime n'est jamais de bon augure pour le régime au pouvoir. En Tunisie, la vieille de la démission de Ben Ali, le ministre des Affaires Étrangères avait quitté le gouvernement.