Syrie : les réfugiés de Raqqa fuient la terreur

  • A
  • A
Syrie : les réfugiés de Raqqa fuient la terreur
Une famille de Raqqa dans un camp de réfugiés près de la frontière avec le Liban. @ MAHMOUD ZAYYAT / AFP
Partagez sur :

Europe 1 a rencontré une famille syrienne qui a fui Raqqa, bastion des djihadistes de l’Etat islamique.

REPORTAGE

Raqqa, au nord de la Syrie, est devenu depuis plusieurs mois le bastion de l’Etat islamique. Face à l’avancée du groupe djihadiste, de nombreux habitants de la ville ont décidé de fuir dans le reste du pays. Notre reporter sur place a rencontré une de ces familles de réfugiés à Damas, la capitale syrienne.

Dans un immeuble en construction à Damas. Cette famille habite aujourd’hui dans un squelette de béton, un de ces immeubles en construction de la banlieue de Damas investis par les familles de réfugiés venues de toute la Syrie. Ils se sont installés dans un appartement à peu près terminé, à l'avant-dernier étage, faute de mieux. Le père de famille refuse de donner son nom, encore terrorisé par les récents événements. Fumer, comme il le fait en racontant ces mois de peur, lui aurait valu de violents sévices.

"Ils ont tué un enfant de 13 ans qui a mangé pendant le ramadan". A Raqqa, il n’y a pas d’âge pour subir les pires châtiments de l’Etat islamique.  "Il y a un enfant qui a mangé pendant le ramadan, il avait 13 ans et ils l’ont tué, ils ont exposé son corps sur une place avec un écriteau écrit ‘cet enfant a mangé pendant le ramadan’. Il y a eu aussi un soldat syrien crucifié par Daesh, il a mis deux jours pour mourir", raconte le père de famille.


REPORTAGE -  Syrie : les réfugiés de Raqqa...par Europe1fr

"La vie à Raqqa est comme annulée". C’est surtout pour ses quatre filles que cet homme a fini par fuir. Ici, à Damas, elles ont pu reprendre leurs études, aller en cours en t-shirt moulant, leurs longs cheveux lâchés sur les épaules. "La vie à Raqqa est comme annulée, il n’y a pas de liberté. Pour les vêtements il faut couvrir tout le corps en noir : fouloir noir, gants noirs, chaussures noirs, c’est l’uniforme des femmes". Leurs amis restés là-bas ne pourront pas les rejoindre. L’Etat islamique a édicté de nouvelles règles : les femmes et les jeunes hommes ont désormais interdiction de quitter Raqqa.