Syrie: les Casques blancs ne se rendront finalement pas aux Oscars

  • A
  • A
Syrie: les Casques blancs ne se rendront finalement pas aux Oscars
Les Casques blancs, des secouristes bénévoles en Syrie, font l'objet d'un documentaire@ KARAM AL-MASRI / AFP
Partagez sur :

Sujets d'un documentaire en lice pour les Oscars, les Casques blancs syriens ne se rendront finalement pas aux Etats-Unis pour assister à la cérémonie.

Ils font l'objet du film The White Helmets (Les Casques Blancs), du réalisateur Orlando von Einsiedel, nominé dans la catégorie documentaire court aux Oscars. Deux Casques blancs, qui devaient assister à la cérémonie à Los Angeles, ne pourront finalement pas se rendre aux Etats-Unis. Les secouristes invoquent la charge de travail sur le terrain, après l'intensification des bombardements du régime. 

"Beaucoup de choses à suivre sur le terrain". Il était prévu que Raed Saleh, chef des Casques blancs, et Khaled Khatib, un secouriste qui a filmé de nombreuses scènes choc de sauvetage après des bombardements en Syrie, assistent aux Oscars. "Je n'y vais pas en raison de la pression de travail due à l'intensification par le régime des frappes sur les provinces de Damas, Deraa et Homs", a indiqué par téléphone à l'AFP Raed Saleh. "Il y a beaucoup de choses à suivre personnellement sur le terrain, la gestion des opération, assurer des véhicules de secours", a-t-il précisé.

Samedi, Khaled Khatib, qui se trouve à Istanbul, a également tweeté: "J'ai obtenu un visa américain mais je (...) n'assisterai pas aux Oscars en raison de l'intensité du travail. Notre priorité est d'aider notre peuple". "Je devais voyager mardi, mais il y a eu trop de travail en raison des bombardements. En plus, je travaille sur la production d'un autre film sur les Casques blancs qui doit être prêt dans deux semaines. C'est pour cela que je n'irai pas", a-t-il indiqué par téléphone à l'AFP.



3.000 volontaires parmi les Casques blancs. Durant des semaines, les secouristes ont risqué ne pas pouvoir assister à la cérémonie en raison du décret anti-immigration du président américain Donald Trump interdisant à tous les Syriens l'entrée aux Etats-Unis. Mais le 9 février, une cour d'appel américaine a confirmé le blocage de l'application de ce décret, ouvrant la voie à la délivrance de visas pour les secouristes. Le 18 février, Raed Saleh s'était réjoui de l'obtention de visa pour lui et son collègue.

Depuis sa création en 2013, le corps des secouristes a compté plus de 3.000 volontaires et affirme avoir sauvé plus de 78.000 vies. Il tire son nom des casques blancs portés par ses membres.