Syrie : l'EI a détruit deux mausolées de Palmyre

  • A
  • A
Syrie : l'EI a détruit deux mausolées de Palmyre
Les djihadistes de l'Etat islamique ont miné la cité antique de Palmyre.@ WELAYAT HOMS / AFP
Partagez sur :

Les djihadistes du groupe Etat islamique ont fait exploser ces deux mausolées islamiques, situés dans la ville antique qu'ils contrôlent depuis un mois.

Est-ce le début de la destruction de Palmyre ? Le groupe Etat islamique (EI) a fait exploser ces derniers jours deux mausolées de cette ville antique de Syrie, dont ils ont pris le contrôle il y a un mois.

Un mausolée vieux de 500 ans. Il y a trois jours, c'est le mausolée de Mohammad Ben Ali, un descendant de la famille du cousin du prophète Ali Ben Abi Taleb, qu'ils ont fait exploser. Ce mausolée était situé dans une zone montagneuse, à quatre kilomètres au nord de Palmyre. Le chercheur Romain Caillet, spécialiste des questions islamistes, a tweeté une photo des destructions.



L'EI a également détruit un mausolée de Chkaf, vieux de plus de 500 ans, qui se trouvait dans l'oasis de Palmyre, à 500 mètres de l'Arc de triomphe. Cet édifice était connu sous le nom de Nizar Abou Bahaeddine, un religieux de la ville.

Une cité antique minée. Les djihadistes de l'Etat islamique n'en sont pas à leur coup d'essai : dans les régions qu'ils contrôlent, ils ont détruit plus de 50 mausolées vieux de 100 à 200 ans. "Ils considèrent que les mausolées islamiques vont à l'encontre de leurs croyances et ils interdisent toute visite de ces lieux", explique le directeur des Antiquités syriennes, Maamoun Abdel Karim. Il y a dix jours, l'EI a aussi détruit de nombreux tombaux d'habitants de Palmyre car, explique Maamoun Abdel Karim, "pour eux, les sépultures ne doivent pas être visibles". 

Ces destructions ravivent les craintes concernant la totalité du site de Palmyre, inscrit au Patrimoine mondial de l'humanité. Les djihadistes de l'EI ont récemment miné la célèbre cité antique, faisant craindre un désastre pour ce joyau archéologique. Quant aux habitants de Palmyre, ils ont déjà payé un lourd tribut : dans les dix jours qui ont suivi la prise de leur ville, l'EI a exécuté plus de 200 personnes, dont 20 abattus dans le théâtre antique.