Syrie : le régime contrôlerait tout Damas

  • A
  • A
Syrie : le régime contrôlerait tout Damas
@ REUTERS
Partagez sur :

Un officier de Bachar al-Assad affirme que la capitale est "nettoyée" des rebelles.

Les combats se sont poursuivis samedi dans plusieurs villes de Syrie. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) fait état pour la journée de 78 morts, dont 45 civils, 26 soldats et 7 rebelles. La majorité des civils (19) ont été tués à Deir Ezzor et à Hama (10).

Juillet a été le mois le plus sanglant depuis le début de la révolte en mars 2011, selon l'ONG.

Damas sous le contrôle du régime

A Damas, un général de l’armée de Bachar al-Assad a affirmé samedi que la capitale était de nouveau sous le contrôle du régime après la reprise samedi du quartier sud de Tadamoun. Les rebelles avaient lancé le 15 juillet leur attaque pour la conquête de la ville.

"Nous avons nettoyé tous les quartiers de Damas, de Midane à Mazzé, Qadam, Hajar al Aswad et Tadamoun", a affirmé cet officier supérieur, qui a refusé d'être identifié en faisant visiter aux journalistes le quartier de Tadamoun, conquis selon lui samedi.

Le quartier de Tadamoun dévasté

La reprise du quartier, qui jouxte le camp palestinien de Yarmouk, a été confirmée dans la journée par l'opposition. "L'Armée syrienne libre (ASL) s'est retirée de Tadamoun mais ses membres sont présents dans toute la capitale où ils mènent des attaques ciblées avant de disparaître", a indiqué une militante du nom de Lena al-Chami.

"Tadamoun était une exception. L'ASL ne peut pas et ne veut pas contrôler des quartiers à Damas", a-t-elle toutefois ajouté.

Samedi, Tadamoun, où vivent de nombreux Palestiniens, était totalement désert et dévasté. Les chaussées étaient éventrées, des magasins défoncés, avec des fils électriques qui pendaient.

48 pèlerins iraniens enlevés

Par ailleurs, quarante-huit pèlerins iraniens ont été enlevés samedi à Damas par des "groupes terroristes armés", a indiqué le consul iranien dans la capitale syrienne à la télévision d'Etat iranienne.

"Des groupes armés terroristes ont enlevé 48 pèlerins iraniens qui se rendaient (en bus) à l'aéroport", a indiqué Majid Kamjou à la chaîne publique IRIB qui a rapporté l'information sur son site.

Bombardements intenses à Alep

A Alep, les bombardements de l’armée syrienne ont redoublé samedi. Les insurgés, retranchés depuis plus de deux semaines dans la deuxième ville du pays, dont le contrôle est crucial pour l'issue de ce conflit, faisaient face à un déluge de feu de la part de l'artillerie et de l'aviation militaires, prélude à une bataille de grande ampleur, selon un haut responsable de la sécurité.

Ces tirs d'obus, "les plus intenses" qu'ait connus Alep selon des militants, se sont abattus peu après l'adoption vendredi d'une résolution non contraignante à l'Assemblée générale de l'ONU ayant déploré l'impuissance du Conseil de sécurité dans ce conflit, une critique implicite à l'égard de Moscou et Pékin qui y ont bloqué tous les projets de résolution condamnant le régime de Bachar al-Assad.