Syrie : la Russie prête à se coordonner avec les Kurdes et Washington pour chasser l'EI de Raqqa

  • A
  • A
Syrie : la Russie prête à se coordonner avec les Kurdes et Washington pour chasser l'EI de Raqqa
Sergeï Lavrov et John Kerry@ MICHAEL DALDER / POOL / AFP
Partagez sur :

La Russie se dite prête à se coordonner avec les Kurdes et Washington pour chasser l'EI de Raqqa. 

La Russie veut se rapprocher des américains sur le front syrien. Le ministre des Affaires étrangères du Kremlin Sergueï Lavrov a affirmé être prêt à se coordonner avec la coalition arabo-kurde et les États-Unis pour chasser les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) de leur fief de Raqqa en Syrie, en réaction à l'annonce d'une offensive sur la ville.

Une volonté de rapprochement. "Raqqa est un des objectifs de la coalition antiterroriste, avec Mossoul en Irak. Nous sommes convaincus qu'il aurait été possible de libérer plus efficacement et rapidement ces villes si les militaires (russes et américains) avaient coordonné leurs actions bien avant", a déclaré M. Lavrov. Les Forces démocratiques syriennes - une coalition arabo-kurde - ont annoncé mardi le début d'une opération visant à reprendre à l'EI le nord de la province de Raqqa. Cette offensive a lieu avec la coalition antijihadiste menée par Washington.

La coordination s'améliore sur le terrain. Le chef de la diplomatie russe a également affirmé que Moscou et Washington s'étaient mis d'accord pour aller plus loin que l'échange d'informations et passer à la coordination de leurs "actions en matière de lutte contre le terrorisme". "Nous ne nous sommes pas mis d'accord tout de suite avec nos partenaires américains, mais en dissipant leurs doutes et même leur opposition, nous sommes passés d'un échange d'information à la coordination de nos actions dans la lutte contre le terrorisme", a assuré M. Lavrov, ajoutant que les ministères de la Défense des deux pays étaient en train d'examiner cette question.

Washington reste méfiante. Vendredi, le Pentagone avait écarté la possibilité de mener des frappes communes avec la Russie en Syrie et simplement indiqué discuter avec Moscou des moyens de mieux faire respecter la trêve des combats sur place.