Syrie : la Ligue arabe durcit le ton

  • A
  • A
Syrie : la Ligue arabe durcit le ton
@ REUTERS
Partagez sur :

Les pays membres veulent le déploiement de Casques bleus.

Réunis dimanche au Caire, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont entériné un nouveau projet de résolution sur la Syrie. Les pays membres de l’organisation panarabe ont prévu de limiter encore plus leurs relations avec le régime syrien de Bachar el-Assad, accusé de réprimer dans le sang la révolte qui traverse son pays depuis plusieurs mois, sans que la communauté internationale parvienne à s'entendre sur une position commune.

Samedi, les violences en Syrie se sont étendues au Liban, où des affrontements entre pro et anti-Assad ont provoqué la mort de trois personnes dans le nord du pays.

Les pays membres de la Ligue arabe se sont entendus sur plusieurs propositions :

Rupture des relations diplomatiques. Dans son communiqué final, la Ligue arabe appelle ses membres à rompre avec "toutes les formes de coopération diplomatique avec les représentants du régime syrien dans les États, les instances et les conférences".

Fin de la mission d’observation. Les pays membres de l'organisation ont décidé de "mettre fin à la mission des observateurs de la Ligue arabe". Dans la matinée, le chef de la mission des observateurs de la Ligue arabe, le controversé général soudanais Mohammed Ahmed Moustapha al-Dabi, avait annoncé sa démission.

Déploiement des Casques Bleus. Les pays arabes ont aussi souhaité que "le Conseil de sécurité adopte une résolution pour former une force de maintien de la paix arabo-onusienne conjointe".

Echanges avec l’opposition syrienne. L'organisation prévoit d'"ouvrir des canaux de communication avec l'opposition syrienne et de lui fournir toutes les formes de soutien politique et matériel".   

Les ministres saluent en outre la proposition de la Tunisie d'organiser sur son sol "une conférence des amis de la Syrie" le 24 février.

Sans surprise, Damas a refusé "catégoriquement" ces propositions, estimant qu’elles reflètent "l’hystérie" de certains pays arabes, à la solde des Occidentaux.