Syrie : l'enquête des experts de l’ONU démarre

  • A
  • A
Syrie : l'enquête des experts de l’ONU démarre
@ REUTERS
Partagez sur :

Les enquêteurs se sont rendus pendant trois heures sur le lieu d’une attaque chimique présumée.

L’INFO. Ils ont pu recueillir des échantillons et des témoignages. Les experts de l’ONU ont démarré lundi leur enquête en Syrie sur une attaque chimique présumée survenue le 21 août dans la banlieue de Damas. Un travail qui se fait dans un contexte de grande tension, sur fond de tractations internationales sur une possible intervention militaire en Syrie.

> L'ESSENTIEL : Les dernières infos sur la Syrie

Visés par des snipers. La dizaine d’enquêteurs de l’ONU présents à Damas depuis le 18 août s’est dirigée lundi vers l’un des sites de l’attaque chimique présumée. Mais en chemin, les experts onusiens ont été la cible de tireurs embusqués et ont dû, dans un premier temps rebrousser chemin. Le régime et l’opposition se sont mutuellement accusés d’être à l’origine de ces tirs. Peu après, le convoi onusien a tout de même pu se rendre à Moadamiyat-al-Cham, au sud-ouest de Damas, où se serait produite une attaque chimique.

Ces images postées sur YouTube montreraient les inspecteurs de l'ONU au travail :

Des témoignages recueillis. Sur place pendant trois heures, les experts ont visité deux hôpitaux et parlé avec des médecins et des victimes. "Ils ont aussi pu recueillir des échantillons", a précisé Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’organisation. Il faudra cependant "attendre un peu pour avoir le premier avis du Dr Sellström", qui est à la tête de l’équipe d’enquêteurs. Les échantillons recueillis devraient être confiés à des laboratoires certifiés, indique Le Monde.

> TÉMOIGNAGE : "On a dû en laisser mourir"

Une enquête trop tardive ? Ce n’est que dimanche que le régime de Bachar al-Assad a finalement donné son feu vert à une enquête sur les attaques du 21 août. "Trop tard pour être crédible", selon un haut responsable américain, pour qui "les preuves disponibles ont été largement altérées par les bombardements continus menés par le régime". Même son de cloche du côté de William Hague, le ministre britannique des Affaires étrangères, qui estime que "la plupart des preuves pourraient avoir été détruites". Jeudi, le consultant indépendant Ralf Trapp, ancien expert de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, avait toutefois indiqué à l’AFP que si les agents neurotoxiques n’étaient détectables que pendant quelques jours dans les urines, ils subsistaient "plusieurs semaines" dans le sang.

> ZOOM : Le rôle clé des médecins en Syrie