Syrie : Israël réagira "plus durement"

  • A
  • A
Syrie : Israël réagira "plus durement"
@ REUTERS
Partagez sur :

L'Etat hébreu se veut ferme après son tir d'avertissement en réponse à un obus syrien.

Israël réagira "plus durement" en cas de nouveaux tirs syriens. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, s'est montré ferme dimanche après le tir de sommation de l'Etat hébreu, réplique à un obus syrien. Il s'agit du premier incident de ce genre depuis 1973.

"Il y a peu de temps, un obus de mortier a touché un poste de l'armée israélienne sur le plateau du Golan, près de la frontière israélo-syrienne, dans le cadre du conflit interne en Syrie, a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué. En réponse, les soldats israéliens ont tiré des coups de semonce en direction des zones syriennes."

Les artilleurs ont tiré vers un secteur proche d'une position de l'armée syrienne d'après la radio publique israélienne. Mais selon des sources militaires israéliennes, ils ont délibérément manqué la position syrienne.

"Une escalade dangereuse" d'incidents

Les incidents se sont multipliés depuis quelques semaines sur le plateau du Golan, un territoire stratégique pris par Israël à la Syrie lors de la guerre des Six Jours, en 1967 et annexé en 1981. Lundi, c'était un véhicule militaire israélien qui avait été endommagé par des balles perdues. Jeudi, trois obus de mortiers étaient également tombés sans faire ni victime ni dégâts. "Une escalade dangereuse", selon Israël qui a porté plainte auprès de l'Onu après l'entrée de trois chars syriens dans la zone démilitarisée.

Si Israël considère que les obus syriens ont été "tirés par erreur lors de combats entre les différentes forces en présence en Syrie", il a prévenu que Damas serait tenu pour responsable. "Des tirs sur le territoire israélien en provenance de Syrie ne seront en aucun cas tolérés et entraîneront une riposte sévère", a menacé Tsahal.

De son côté, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé lors du conseil des ministres "suivre de près ce qui se passe à [la] frontière avec la Syrie" et se tenir "prêt à toute éventualité". "Il s'agit d'un problème  syrien qui pourrait devenir le nôtre", a quant à lui averti le général Benny Gantz, chef d'état-major de l'armée.

Regain de tension entre Israël et la bande de Gaza

Par ailleurs, la bande de Gaza connaît elle aussi un regain de tension. Ehud Barak a aussi eu des mots durs pour le mouvement palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza, qui va pauyer "le prix fort", "un prix douloureux" après la nouvelle flambée de violences le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza.

Quatre militaires israéliens ont été blessés samedi par une roquette antichar. La riposte de Tsahal a coûté la vie à quatre civils palestiniens. A leur tour, les groupes islamistes ont répondu en tirant des dizaines de roquettes vers le sud de l'Etat hébreu, faisant quatre blessés. Benjamin Netanyahu a menacé dimanche d'intensifier les opérations militaires dans la bande de Gaza.

>> Dans son édito, Alexandre Adler décrypte ce regain de violence de part et d'autre :