Syrie : Fabius évoque "une réaction de force"

  • A
  • A
Syrie : Fabius évoque "une réaction de force"
Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées mercredi dans des bombardements de l'armée syrienne visant la région de Damas, des militants accusant le régime d'avoir fait usage de gaz toxiques.@ REUTERS
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Le ministre a avancé cette hypothèse s'il y a la preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien.

L'ESSENTIEL - Y a-t-il eu une attaque chimique sur un quartier du nord-est de Damas ? C'est ce qu'ont affirmé, mercredi matin, les rebelles anti-Bachar Al Assad. Mais il est impossible de vérifier pour le moment si ces allégations sont vraies. Le chef des inspecteurs de l'ONU Ake Sellstroem est "en discussion" avec les autorités syriennes à propos de ces informations. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est lui réuni mercredi soir.

LES DERNIÈRES INFOS

22.08-fabius

• S'il y a eu armes chimiques "elles viennent de Bachar". Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, invité sur BFM TV, est revenu jeudi matin sur la nécessité de vérifier s'il y a eu ou non usage d'armes chimiques dans la banlieue de Damas. "Si c'est vrai c'est un carnage épouvantable", a-t-il déclaré. "Si le régime de Bachar n'a rien à se reprocher, qu'il laisse entrer les enquêteurs de l'ONU [arrivés dimanche dans le pays, NDLR], sur le site", a-t-il ajouté. "S'il y a eu utilisation d'armes chimiques, tous les spécialistes disent qu'elles viennent forcément de Bachar. Pourquoi ? Parce que les gaz auraient été apportés par avion et les résistants n'ont pas accès à ces avions", a précisé Laurent Fabius.

Le ministre a dit souhaiter une "réaction de force" de la communauté internationale s'il y a la preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien.

• L'Onu ne demande pas d'enquête à cause de la Russie et de la Chine. Le Conseil de sécurité de l'Onu, réuni en urgence, a estimé mercredi qu'il était nécessaire de clarifier les faits sur les accusations de recours aux armes chimiques à Damas mais sans pour autant demander une enquête à l'équipe de l'ONU déjà sur place en Syrie. L'attaque en question aurait fait entre 500 et 1.300 morts selon diverses estimations produites par l'opposition syrienne. Mais, ont expliqué des diplomates, la Russie et la Chine se sont opposées à une formulation qui aurait exigé une enquête de l'ONU. La Russie avait auparavant soutenu le démenti du gouvernement syrien en évoquant une "provocation" pour le discréditer.   

• Ce que disent les rebelles et le pouvoir. Selon des militants anti-régime et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, l'armée syrienne fidèle au président Bachar al-Assad aurait utilisé des agents chimiques au cours du bombardement de zones tenues par les rebelles. Cette zone est située dans l'est de la capitale Damas. Les autorités syriennes ont démenti avoir eu recours à des armes non conventionnelles : ces accusations "sont nulles et non avenues et totalement infondées", a affirmé un communiqué de l'armée lu par un officier à la télévision.

>> A lire également : déjà 100.000 morts en Syrie.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme il y aurait plusieurs dizaines de victimes.

• Un nombre de victimes incertain. Le nombre de victimes est difficile à estimer. Il y aurait entre plusieurs dizaines et plusieurs centaines de victimes, dont de nombreux enfants, selon les sources. Une vidéo particulièrement choquante a été postée mercredi matin sur les réseaux sociaux. On y voit des adultes et des enfants, à même le sol, dans un bâtiment non identifié. Ils semblent paralysés et certains ont des convulsions. On ne sait pas qui est l'auteur de cette vidéo, ni où elle a été tournée exactement.

Le directeur de l'observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, n'a pas confirmé l'usage d'armes chimiques et a pour sa part fait état d'au moins 100 morts, tout en assurant ce bilan allait augmenter, "car les raids et les bombardements continuent et la puissance de feu est considérable". Un des chefs de l'opposition, George Sabra, a avancé devant la presse à Istanbul le chiffre de 1.300 morts.

• Ils sont morts "asphyxiés". Selon un médecin en contact avec des confrères à Damas, des Syriens qui présentaient des symptômes d'une attaque au gaz, sont venus se faire soigner. "On a documenté la mort de 236 personnes", a expliqué mercredi ce médecin, joint par Europe 1. "Et malheureusement la majorité sont des civils, des femmes et des enfants", a-t-il ajouté. Les médecins "ont vu qu’il y avait des familles entières décédées dans des maisons sans qu’il y ait eu un bombardement… Les maisons sont presque intactes. Ce sont des victimes qui n’ont aucune blessure sur le corps. Ce sont des personnes qui sont mortes asphyxiées", a-t-il affirmé au micro d'Europe 1.

21.08-carte-syrie

• Une nuit particulièrement agitée. Selon un témoignage recueilli par Europe1.fr, d'un habitant de Damas, la nuit a été particulièrement agitée dans la capitale et dans sa banlieue. "Les bombardements ont été deux fois plus importants que d'habitude", a-t-on confié.

>> A lire également : le gaz sarin, ce gaz dont tout le monde parle.

• Des enquêteurs sur place. Ces accusations d'attaque chimique interviennent au moment où des enquêteurs des Nations Unies sont en Syrie. Il sont arrivés dimanche à Damas pour enquêter, justement, sur une possible utilisation d'armes chimiques dans la guerre civile syrienne. Le chef des inspecteurs de l'ONU Ake Sellstroem est justement "en discussion" avec les autorités syriennes à propos de ces informations.