Syrie : des têtes de missiles détruites

  • A
  • A
Syrie : des têtes de missiles détruites
@ Reuters
Partagez sur :

Les experts ont commencé à détruire l'arsenal chimique de la Syrie dimanche.

L'INFO. Leur travail a commencé. Une équipe d'experts internationaux a entamé dimanche la supervision du processus de destruction de l'arsenal d'armes chimiques détenu par le gouvernement syrien du président Bachar al-Assad, a annoncé un responsable de la mission.

Des têtes de missiles détruites. Des membres de la mission conjointe de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l'ONU "se sont rendus sur un site où ils entament la vérification et la destruction" des armes. "Aujourd'hui c'est le premier jour de destruction, au cours duquel des véhicules lourds vont écraser et détruire les ogives de missiles, bombes chimiques ainsi que les mélangeurs et les unités mobiles et fixes de remplissage", a indiqué une source. En effet, des têtes de missiles ont bien été détruites, a annoncé l'ONU dimanche soir.

Les experts ont supervisé des personnels syriens qui "ont utilisé des lances thermiques et des meuleuses pour détruire ou mettre hors d'usage une série de matériels", indique un communiqué publié à New York par l'ONU et par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

> A LIRE AUSSI : La Syrie veut se conformer à la résolution de l'ONU

Des "méthodes expéditives". Un responsable de l'OIAC à La Haye avait affirmé le 29 septembre que des "méthodes expéditives" seraient probablement utilisées dans un premier temps pour s'assurer que les sites ne sont plus utilisables, avant que des méthodes plus propres et durables ne viennent clôturer la destruction des sites. Parmi les "méthodes expéditives", "cela pourrait être détruire quelque chose avec une masse", "rouler sur quelque chose avec un tank" ou "utiliser des explosifs", avait précisé le responsable de l'OIAC. "Ces méthodes ne remplissent pas les critères de la Convention (sur les armes chimiques, ndlr), donc, plus tard, nous pourrions utiliser d'autres méthodes", avait précisé la même source.