Syrie : de jeunes Belges accusés d’atrocités

  • A
  • A
Syrie : de jeunes Belges accusés d’atrocités
@ Reuters
Partagez sur :

Ils ont rejoint des milices islamistes. L’un d’entre eux a été tué et d’autres sont soupçonnés de crimes de guerre.

L’INFO. Depuis plusieurs mois, les autorités belges s'inquiètent du départ de plusieurs dizaines de jeunes musulmans vers la Syrie qui rejoignent les milices islamistes. L’un d’entre eux a été tué et son frère arrêté à son retour en Belgique tandis que d'autres volontaires belges sont soupçonnés d'avoir commis des crimes de guerre, rapporte lundi le journal flamand, Het Nieuwsbald.

>>> A lire : ANALYSE : Vers une intervention militaire en Syrie ?

syrie 930

© Reuters

Qui est cet islamiste qui a été tué ? L'un de ces combattants, Tarik Taketloune, un carrossier de 20 ans originaire de Vilvorde, en banlieue bruxelloise, a été tué vendredi d'une balle dans la tête, alors qu'il dormait dans une villa proche d'Alep occupée par la brigade, a affirmé son père à la presse. Il pourrait avoir été tué par un autre combattant parce qu'il avait exprimé son intention de rentrer en Belgique, a-t-il laissé entendre. Il s'agit du troisième combattant belge tué en Syrie, soulignent les journaux, qui évoquent un quatrième mort, non confirmé.

Qui a été arrêté ? Le frère aîné de Tarik Taketloune, Elias, âgé de 23 ans, a quant à lui été arrêté à son retour en Belgique le 3 juin. Inculpé de participation à des activités terroristes, il a été placé en détention provisoire.

syrie armes 930

© Reuters

Un autre suspecté d’atrocités. Un autre jeune de Vilvorde, Hussein Elouassaki, 22 ans, est considéré comme le dirigeant de la katiba belge. Il se serait vanté en décembre, lors d'une conversation enregistrée par la police, d'avoir "tranché la gorge" d'un soldat et pourrait être l'un des protagonistes d'une vidéo récente où l'on voit de jeunes hommes s'exprimant en néerlandais et en français décapiter un homme âgé à l'aide d'un couteau. Sur cette vidéo diffusée par la télévision privée flamande VTM, on peut y voir un homme nu relativement âgé, mort ou inconscient, étendu sur le sol. Des voix d'hommes jeunes qui se tiennent à côté de lui, lancent en arabe "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand), pendant que l'un d'entre eux lui coupe la tête avec un couteau. Le parquet fédéral belge, chargé des questions de terrorisme, avait ouvert une enquête. 

Le frère d’Hussein Elouassaki, Hakim, 21 ans, a pour sa part raconté en janvier à sa petite amie restée en Belgique qu'il avait abattu de sang froid un prisonnier. Grièvement blessé fin mars, Hakim Elouassaki est rentré en Belgique peu après et a été arrêté à Vilvorde, le 16 avril, lors d'une vaste opération de police.

>>> A lire : ZOOM : Faut-il armer les rebelles ?

syrie qoussair 930

© Reuters

Ils ont formé leur propre Katiba. Un nouvelle fois, le groupuscule salafiste Sharia4Belgium est pointé du doigt. Le leader, Fouad Belkacem, emprisonné en Belgique pour incitation à la haine, est soupçonné d'avoir organisé ces départs de combattants, dont certains sont mineurs. Selon le journal flamand, une trentaine de membres de Sharia4Belgium ont formé leur propre brigade combattante, une "katiba", placée sous la direction du Front Al-Nosra, affilié à Al-Qaïda.

Plus de 600 Européens en Syrie. Face à cette augmentation des départs en Syrie, les ministres de l'Intérieur de huit pays européens, dont la France, la Belgique et les Pays-Bas, ont décidé de renforcer leur coopération. Selon le ministre français Manuel Valls, plus de 600 ressortissants européens, dont 120 Français, se sont rendus en Syrie depuis le début du conflit pour combattre le régime de Bachar al-Assad. Plusieurs dizaines de Belges combattent également en Syrie. La plupart seraient originaires de Flandre et de la région bruxelloise.