Syrie : près de 40 morts après des attaques de l'EI près d'un camp de réfugiés

  • A
  • A
Syrie : près de 40 morts après des attaques de l'EI près d'un camp de réfugiés
@ MOHAMED AL-BAKOUR / AFP
Partagez sur :

Cinq kamikazes de l'Etat islamique se sont fait exploser près d'un camp de réfugiés, et des combats s'en sont suivis. 

Un assaut djihadiste impliquant cinq kamikazes a tué mardi près de 40 personnes dans un camp de déplacés en Syrie, à proximité de la frontière avec l'Irak, au moment où la pression croît contre le groupe Etat islamique (EI) dans ces deux pays.

En Irak, au moins dix soldats irakiens ont été tués dans une attaque de l'EI dans la province occidentale d'Al-Anbar, située près de la frontière syrienne et où l'EI contrôle toujours quelques secteurs. Ce groupe ultraradical est la cible en Syrie d'une offensive d'une coalition arabo-kurde qui cherche à le chasser de son principal fief de Raqqa (nord). En Irak, les troupes gouvernementales cherchent à le déloger de Mossoul (nord), son dernier grand bastion.

Des combats d'en sont suivis. Dans les deux offensives, les forces sur le terrain sont appuyées par les frappes de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et au sol par des conseillers militaires américains. Malgré la pression croissante dans ces deux pays où l'EI avait proclamé un "califat" sur les régions conquises en 2014, l'organisation djihadiste parvient à frapper en commettant des attentats sanglants. Dans le nord-est de la Syrie, cinq kamikazes de l'EI se sont fait exploser près et dans un camp de réfugiés irakiens et de déplacés syriens et des combats s'en sont suivis avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

l'EI revendique l'attaque. Au moins 38 personnes dont 23 civils ont été tuées et des dizaines blessées dans l'attaque contre ce camp situé dans la région de Rajem al-Salibi dans la province de Hassaké, selon l'OSDH. "Certains kamikazes sont parvenus à s'introduire dans le camp". L'EI a revendiqué l'attaque via son agence de propagande Amaq, affirmant qu'un groupe de djihadistes avait attaqué une position des FDS près du camp.