Qui est Man Haron Monis, le preneur d'otages de Sydney ?

  • A
  • A
Qui est Man Haron Monis, le preneur d'otages de Sydney ?
@ MaxPPP
Partagez sur :

PORTRAIT - Man Haron Monis aurait été tué dans l'assaut de la police. Cet Iranien installé en Australie était déjà connu des services de police pour des affaires d’agression sexuelle.

Peu après minuit lundi, la police australienne a donné l’assaut dans le Café Lindt de Sydney, où un homme retenait des clients et des employés. Le preneur d’otages aurait été tué, en même temps qu'une autre personne.

Dans un premier temps, la police a demandé à la presse de ne pas diffuser son nom. Mais une source policière a déclaré à Reuters que, désormais, "il n’y a aucune raison opérationnelle pour ne pas rendre public son nom". Il s’agirait de Man Haron Monis. Europe 1 vous dévoile ce que l’on sait de lui.

Le preneur d’otages présumé est un Iranien de 49 ou 50 ans, installé en Australie depuis 1996. Man Haron Monis a plusieurs fois eu affaire avec la justice australienne. Il était en liberté provisoire et attendait un procès dans une affaire agression sexuelle. Il serait également impliqué dans le meurtre de son ex-femme.

>> A VOIR AUSSI - La prise d'otages de Sydney en images

Un "guérisseur". Man Haron Monis, autoproclamé "guérisseur spirituel", a opéré ses activités de marabout entre 2000 et 2002 dans la banlieue de Sydney. Une de la cinquantaine de jeunes femmes qu’il aurait agressées serait allée le voir pour ses activités de guérisseur. L’homme se disait expert en astrologie, numérologie, méditation et magie noire.

En 2013, Man Haron Monis a été condamné à 300 heures de travaux d’intérêt général pour avoir envoyé des lettres offensantes à des parents de soldats australiens morts au combat en Afghanistan. Il se fait également connaître sous le nom de Mohammad Hassan Manteghi, selon le Sydney Morning Herald.

Converti au sunnisme. Sur son blog, qu'Europe 1 a pu consulter avant qu'il soit fermé, on pouvait voir des photos d'enfants morts. Des photos qu'il avait légendées : "Voici une preuve du terrorisme de l'Amérique et de ses alliés au nombre desquels l'Australie. Le résultat de leurs frappes aériennes". Lors de ses précédentes apparitions dans les médias, il disait promouvoir la paix tout en tenant un discours radical sur l'islam.

Dans ses revendications au cours de la prise d'otages, l’homme a demandé un drapeau de l’organisation de l’Etat islamique. Selon son avocat, interrogé par ABC News, l'action de son client ne serait pas une action terroriste organisée. Selon Julie Lenarz, une spécialiste du Moyen-Orient pour le Human security centre, un think tank, Man Haron Monis serait un ancien religieux chiite – la branche de l'islam majoritaire en Iran - , converti récemment au sunnisme, dont se réclame les djihadistes de l’Etat islamique.

>> LIRE AUSSI - L'Australie est-elle particulièrement ciblée par le terrorisme ?