Suu Kyi acclamée en Grande-Bretagne

  • A
  • A
Suu Kyi acclamée en Grande-Bretagne
@ Reuters
Partagez sur :

L'opposante birmane a reçu mercredi le titre de docteur honoris causa à l'université Oxford.

Elle a reçu un accueil digne d'une rock-star. Une semaine après le début de sa tournée européenne, l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, arrivée mardi au Royaume-Uni, a reçu mercredi un doctorat honoris causa de l'université anglaise d'Oxford. Un moment riche en émotion.

"Cette journée m'a beaucoup émue", a reconnu la dame de Rangoun, revêtue de la toge et de la toque universitaires, en recevant le diplôme honorifique des mains de Chris Patten, président de l'université et ancien gouverneur de Hong Kong. "Pendant toutes ces années difficiles en résidence surveillée (...) mes souvenirs d'Oxford (...) m'ont aidée à affronter les défis auxquels je devais faire face", a-t-elle confié.

"Mes souvenirs d'Oxford m'ont aidée" :

Plus de 1.000 étudiants et universitaires ont longuement ovationné, debout, le prix Nobel de la paix, dans le cadre impressionnant de l'amphithéâtre Sheldonian du XVIIe siècle.

De belles années à Oxford

Cette ville du sud de l'Angleterre, est loin d'être anodine pour Aung San Suu Kyi. Elle y a étudié entre 1964 et 1967 et a vécu avec Michael Aris, épousé en 1972. L'opposante birmane a passé une vingtaine d'années à Oxford, où elle a élevé ses deux fils, Alexander et Kim.

En 1988, lorsqu'elle part en Birmanie au chevet de sa mère malade, elle ignore qu'elle ne refoulera ce sol qu'un quart de siècle plus tard. Placée en résidence surveillée, Aung San Suu Kyi a passé ses deux décennies d'isolement loin de ses enfants, restés avec leur père, spécialiste du Tibet, au Royaume-Uni. En 1999, de peur que la junte au pouvoir ne la laisse rentrer en Birmanie, elle était restée à Rangoun alors que son mari succombait à un cancer de la prostate.

Arrivée le jour de son anniversaire

Libérée en 2010 et élue députée depuis, Aung San Suu Kyi avait été invitée en avril à se rendre au Royaume-Uni par le Premier ministre David Cameron, qui avait été le premier chef de gouvernement occidental à aller en Birmanie depuis le coup d'Etat militaire de 1962.

Son séjour britannique a débuté mardi, jour de son 67ème anniversaire. L'auditoire de la London School of Economics, où elle venait donner une conférence lui a d'ailleurs chanté "Happy birthday to you". Elle a également rencontré l'animateur de radio Dave Lee Travis, surnommé the "Hairy Cornflake" ("le corn flake poilu"), dont elle écoutait l'émission musicale sur la BBC pendant ses années d'isolement en Birmanie.

Le Prix Nobel de la paix s'adressera jeudi au Parlement à Londres, un privilège rare pour un responsable étranger. Elle rencontrera également le Premier ministre David Cameron et le prince Charles.
Son séjour britannique doit s'achever le 26 juin, date à laquelle elle mettra le cap sur la France.