Sur un fil au-dessus du Grand Canyon

  • A
  • A
Sur un fil au-dessus du Grand Canyon
@ Reuters
Partagez sur :

VIDEO - Le funambule américain Nik Wallenda a traversé le Grand Canyon, à 450 mètres de hauteur.

24.06 Nik Wallenda Grand Canyon

© Reuters

Un an après avoir franchi les chutes du Niagara, le funambule américain Nik Wallenda a de nouveau réalisé un exploit en devenant le premier homme à traverser le Grand Canyon, à 450 mètres de hauteur, sans filet ni harnais de sécurité. Pendant près de 23 minutes, le casse-cou de 34 ans a dû lutter contre des vents plus puissants que prévu pour gagner l'autre côté, au-dessus de la rivière Little Colorado, dans l'Arizona. "Vous n'imaginez pas à quel point mes bras sont douloureux", a-t-il déclaré, alors qu'il serrait dans ses bras sa femme et ses enfants après la traversée.

Grâce à des caméras qui permettaient aux internautes de sélectionner la vue depuis sa poitrine ou ses pieds, l'évènement était retransmis à la télévision et sur internet avec un décalage de plusieurs secondes de façon à pouvoir interrompre la diffusion en cas de catastrophe.

"Je n'ai pas peur de la mort", a-t-il assuré à quelques jours de l'échéance, tout en précisant qu'il préfèrerait mourir centenaire, "dans un lit à côté de ma femme". Pendant les 25 minutes de la traversée des chutes du Niagara, le très croyant Nik Wallenda priait à haute voix. "J'ai confiance dans mes capacités. Mais c'est au mental que je dois faire très attention. C'est un grand défi de participer à un événement comme celui-ci, c'est mondial, et cela a vraiment une influence sur mon mental", explique-t-il.

Le casse-cou de 34 ans marche sur des fils depuis qu'il a deux ans, une tradition familiale depuis sept générations. Son grand-père en est mort à 73 ans, en 1978, après une chute à Porto Rico. Un de ses aïeuls a aussi été tué après avoir rebondi sur un filet de sécurité, dans le vide --un accident qui montre, selon Wallenda, que la sécurité réside d'abord dans l'entraînement et la préparation.

Après le Grand Canyon, Nik Wallenda entend continuer jusqu'à 50 ans: "les Pyramides d'Egypte, la Tour Eiffel. Il y a plein d'endroits à travers le monde où je voudrais marcher". Il se compare volontiers au Français Philippe Petit, qui avait marché sans autorisation entre les tours jumelles de New York en 1974.