Sur Mars, l’eau bout à zéro degré !

  • A
  • A
Sur Mars, l’eau bout à zéro degré !
@ Capture d'écran
Partagez sur :

Cette découverte permet d’expliquer pourquoi le relief de la planète rouge est autant accidenté.

Va-t-on lever le mystère des ravines de Mars ? Une équipe de chercheurs, conduite par une Française, vient de publier une étude dans la revue britannique Nature Geoscience, dans laquelle elle explique la provenance, probable, du relief accidenté de la planète Mars.

De l’eau liquide … selon les saisons

"Il s’agit évidemment de recherches pour le moment", souligne Alain Cirou spécialiste astronomie à Europe 1. "Mais grâce à ces travaux, nous allons doucement vers une meilleure compréhension de cette planète". Au mois de septembre dernier, la Nasa avait annoncé avoir trouvé que de l'eau liquide coulait à certains moments à la surface de Mars. Mais personne n’avait trouvé d’explication à cette saisonnalité des écoulements d’eau.

Une pression atmosphérique très faible

Des scientifiques ont donc émis l'hypothèse que les chenaux et les ravines que l’on peut observer à différents endroits de la planète rouge pourraient être causés par de l'eau bouillante. "En fait, comme la pression atmosphérique de Mars est beaucoup moins dense que sur notre planète, les scientifiques se sont rendu compte que l’eau y bout dès zéro degré", explique Alain Cirou.
 
 Sur Terre on peut observer ce phénomène lié à la pression atmosphérique, dans une moindre mesure, lorsque l’on fait bouillir de l’eau en altitude. Au sommet de l’Everest, l’eau bout à 60 degrés, alors qu’au niveau de la mer, c’est à 100 degrés précisément.

Une eau en ébullition qui projette le sable

L’équipe de chercheurs français, anglais et américains menée par Marion Massé, chercheuse du CNRS à l'Université de Nantes, en France, a donc réalisé une série d'expériences dans un caisson. Ils ont simulé les conditions atmosphériques martiennes et les conditions terrestres, afin de les comparer. Ils ont placé un glaçon d'eau au sommet d'une pente inclinée à 30 degrés recouverte de sable. Dans les conditions terrestres, l'eau s'infiltre progressivement dans le sable sans modifier sa surface.

Mais sur Mars, la réaction n’est pas du tout la même comme le montre la simulation filmée par l’équipe de scientifiques.

Au lieu de s’infiltrer, l'eau glacée rentre immédiatement en ébullition, en libérant du gaz. Et c’est ce gaz qui provoque l'éjection de grains de sable. Ces derniers s’accumulent ensuite en petits monticules pentus qui ensuite s'effondrent en créant de véritables avalanches de sable sec. "Cela nous permet de reconstituer, un peu mieux, l’histoire évolutive de Mars, ce qui – à l’échelle d’une planète – est extrêmement compliqué", souligne Alain Cirou.

Ce serait donc ce phénomène reconstitué par les scientifiques qui serait à l’origine du relief accidenté de la planète rouge. Pendant l'été martien, quand la glace d'eau souterraine se met à fondre et apparaît à la surface, où la température moyenne atteint 20°C, elle se met aussitôt à bouillonner et à creuser le sable et la roche autour d’elle