Suisse : découvert dans un glacier après 75 ans, un couple a pu enfin être inhumé

  • A
  • A
Suisse : découvert dans un glacier après 75 ans, un couple a pu enfin être inhumé
Le couple a été retrouvé gisant l'un à côté de l'autre, avec à leurs côtés des sacs à dos, une bouteille, un livre et une montre.@ HANDOUT / GLACIER 3000 / AFP
Partagez sur :

Le couple retrouvé momifié dans un glacier en Suisse 75 ans après leur disparition a pu être inhumé samedi, en présence de leurs deux filles survivantes.

Le cordonnier et sa femme institutrice, retrouvés momifiés dans un glacier du sud de la Suisse, 75 ans après leur disparition au cours d'un orage, ont été inhumés samedi près de leur village natal, en présence de leurs deux filles survivantes. La cérémonie s'est déroulée dans l'église de Savièse, dans le canton du Valais, à quelques kilomètres de Chandolin d'où étaient originaires Marcelin Dumoulin, 40 ans, et son épouse Francine, 37 ans, au moment de leur disparition tragique le 15 août 1942, alors qu'ils allaient visiter un alpage dans le canton voisin de Berne. 

Une église comble. "C'est le plus beau jour de ma vie", a déclaré à l'issue de la cérémonie une des deux filles du couple, qui avait également 5 fils, tous décédés. Les petits-enfants et arrière-petits-enfants, ainsi que les habitants de Chandolin et Savièse étaient venus nombreux dans l'église comble pour ces funérailles tant espérées. C'est dans cette même église que le couple avait assisté à la messe en ce 15 août avant de prendre la route à travers la montagne, a rappelé le curé Jean Varone, cité par l'agence de presse suisse ATS.



Des enfants placés en famille d'accueil. Les corps rendus par le glacier de Tsanfleuron ont été découverts le 13 juillet par un employé d'un domaine skiable lors d'une visite de routine, à 2.615 mètres d'altitude. Parfaitement conservés, ils gisaient, proches l'un de l'autre, avec à leur côté des sacs à dos, une bouteille, un livre et une montre. Après deux mois et demi de recherches infructueuses, les 7 enfants, âgés alors de 2 à 13 ans, ont dû être placés dans des familles d'accueil. "C'est un événement exceptionnel que d'accompagner quelqu'un 75 ans après sa mort", a dit le curé de l'église de Savièse, qui en a conclu :  "Mais trois quarts de siècle plus tard, la famille peut enfin cesser de se poser la question 'que sont-ils devenus'".