Suède : un député d'extrême droite inculpé pour une violente gifle

  • A
  • A
Suède : un député d'extrême droite inculpé pour une violente gifle
Kent Ekeroth a été inculpé vendredi après avoir adressé une violente gifle en novembre à l'extérieur d'une boîte de nuit de Stockholm. @ JANERIK HENRIKSSON / SCANPIX SWEDEN / AFP
Partagez sur :

Kent Ekeroth a été inculpé vendredi après avoir violemment giflé une personne en novembre à l'extérieur d'une boîte de nuit de Stockholm. 

Un député d'extrême droite suédois, Kent Ekeroth, a été inculpé vendredi pour coups et blessures volontaires après avoir adressé une violente gifle à un homme en novembre à l'extérieur d'une boîte de nuit de Stockholm, a annoncé le parquet.

Une violente gifle. "Le 24 novembre le député se trouvait dans la queue pour entrer dans une discothèque quand a éclaté une dispute, et l'homme politique est désormais inculpé pour avoir frappé un autre homme", a indiqué le parquet de Stockholm dans un communiqué. Le quotidien Expressen avait publié en novembre une vidéo filmée par une caméra de vidéosurveillance montrant l'incident, où l'on voit Kent Ekeroth donner brusquement une gifle à sa victime. D'après plusieurs médias, il était furieux de s'être vu refuser l'entrée.

Un habitué des scandales. Le jour des faits, le député avait reconnu avoir adressé ce coup. "J'ai eu le réflexe de me défendre en donnant à un agresseur une légère gifle", avait-il déclaré au quotidien Aftonbladet. Connu pour apprécier la vie nocturne, Kent Ekeroth, l'un des plus jeunes députés suédois à 35 ans, est un personnage controversé y compris au sein de son parti, les Démocrates de Suède, qui cherche à offrir une image de respectabilité. 

Sa carrière avait déjà survécu à un autre scandale. En juin 2010, au petit matin après une nuit de fête dans le centre de Stockholm, il avait filmé deux de ses collègues en train de proférer des injures racistes à deux hommes, de se munir de barres de fer après une altercation, et d'insulter une femme qui s'était indignée de leur comportement. L'altercation de novembre lui a valu d'être suspendu par son groupe parlementaire, puis démis de ses fonctions de chargé des relations internationales des Démocrates de Suède.