Un candidat aux législatives suédoises : "François Mitterrand était mon papa"

  • A
  • A
Un candidat aux législatives suédoises : "François Mitterrand était mon papa"
Hravn Forsne sur dn.se.@ Capture d'écran dn.se
Partagez sur :

Hravn Forsne, 25 ans, est le fils de Christina Forsne, 66 ans, qui avait déjà révélé sa liaison avec le défunt président socialiste.

"François Mitterrand était mon papa". D'une certaine manière, il tente de suivre les traces de son défunt "père". Hravn Forsne, un candidat de centre-droit aux législatives, en Suède, s'est présenté dans la presse locale comme le fils illégitime de l'ancien président de la République française, François Mitterrand. "Je veux être jugé pour ce que je suis, pas pour qui était mon père. Mais d'accord, c'est comme ça. François Mitterrand était mon papa", a-t-il déclaré au Kungsbacka-Posten. Il a dit n'avoir vu son père présumé que "cinq, six fois". Si François Mitterrand était bien son père, il avait 72 ans quand ce fils serait né.

Interrogé par l'AFP, ce candidat sérieux aux législatives dit ne pas souhaiter revenir sur le sujet. "J'en parle seulement avec les médias locaux, parce que c'est important pour eux et pour mes concitoyens, pour les électeurs de connaître leur candidat, mais pas pour les médias internationaux", a-t-il déclaré, en français.



Le fils d'une journaliste suédoise. Hravn Forsne, 25 ans, est le fils de Christina Forsne, 66 ans, qui a déjà révélé sa liaison avec le président socialiste à l'époque, entre 1980 et 1995, où elle était journaliste correspondante à Paris pour le quotidien Aftonbladet et la télévision publique suédoise. Cette dernière s'est toujours refusée à répondre aux questions sur l'identité du père de son enfant, né en novembre 1988. Le premier président socialiste de la Ve République a eu trois fils avec son épouse Danielle, puis une fille, Mazarine Pingeot, née en 1974 d'une liaison.

À Aftonbladet, en 2012, Christina Forsne avait confié avoir vécu une histoire d'amour intense avec François Mitterrand, rencontré en 1979 à l'occasion d'un congrès de l'Internationale socialiste à Brommersvik, près de Stockholm. Selon elle, alors qu'elle l'interrogeait en tête à tête, il l'avait coupée pour dire: "Vous ne parlez que de politique, mademoiselle? Vous n'aimez pas la vie?" Il avait alors 62 ans et elle 31. Leur relation commence quand elle arrive à Paris et qu'il n'est pas encore président. Le matin même de son élection, le 10 mai 1981, il lui téléphone. "Il était dans son lit et moi dans le mien, dans des endroits différents. On a parlé vingt minutes et il a plaisanté : 'ce soir je prends ma retraite'".



"On se faufilait". Au lieu de cela, regrettera-t-elle, les obligations du locataire de l'Élysée rendront les rencontres beaucoup moins fréquentes qu'ils ne le voudront. D'après elle, elle a profité parfois d'une entrée dérobée aux jardins du palais qu'on laissait ouverte. "On se faufilait à l'extérieur quand les gardes ne faisaient pas attention, et on s'échappait en ville. Nous rêvions de pouvoir vivre comme tous les autres", rapportait Christina Forsne. Selon elle, Danielle Mitterrand était au courant de la relation, et de nombreux confrères de la journaliste la soupçonnaient fortement.

Christina Forsne est l'auteur d'une biographie de François Mitterrand ("Vous n'aimez pas la vie?", 1997), où elle se disait amie très proche, et d'un roman ("Notre homme dans le monde", 2012), qui narre la liaison entre un président français appelé "Leo" et une journaliste suédoise.