Suède : la justice autorise de nouveau la chasse au loup

  • A
  • A
Suède : la justice autorise de nouveau la chasse au loup
La Suède compte environ 340 loups d'après le gouvernement, alors que l'on pensait l'espèce éteinte dans le pays dans les années 1970.@ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :

La justice suédoise a estimé conforme au droit national les permis de chasse au loup délivrés par les autorités régionales, alors même que la Commission européenne souhaite l'interdire.

La justice suédoise a donné vendredi raison aux partisans de la chasse au loup, autorisant l'abattage de 24 d'entre eux cet hiver, même si la Commission européenne y est hostile. La question revient tous les ans devant les tribunaux administratifs depuis qu'en 2009 le Parlement avait mis fin à près d'un demi-siècle d'interdiction.

"La chasse au loup peut commencer lundi". Deux campagnes de chasse ont eu lieu en 2010 et 2011 (46 loups tués à chaque fois) et en 2015 (44 loups), sans compter celle de 2013, interrompue par les juges après la mort de trois canidés. Vendredi, la Cour administrative suprême a statué sur la conformité au droit national des permis de chasse délivrés par des autorités régionales, à la fois concernant la campagne 2016, qui "aurait dû être autorisée", et 2017, qui le sera. "La chasse au loup peut commencer lundi", s'est félicitée la Fédération suédoise de la chasse sur son site internet. Elle sera ouverte, dans le centre et l'ouest du pays, jusqu'au 15 février.

Une espèce protégée depuis 1979. La Suède compte environ 340 loups d'après le gouvernement, alors que l'on pensait l'espèce éteinte dans le pays dans les années 1970. L'espèce est protégée par la convention de Berne de 1979. La bataille juridique se noue autour des exceptions à cette protection permises si l'espèce prolifère dans une région donnée au point de nuire à l'élevage. "L'arrêt démontre quand il est possible de faire des exceptions et de délivrer des permis de chasse, alors que le loup est à la base protégé", a déploré l'Association de protection de la nature, impliquée dans ces procédures.

Isolement et consanguinité. "C'est une décision malheureuse et surprenante. La Cour administrative suprême a interprété le droit communautaire d'une manière qui doit être remise en question", a commenté dans un communiqué l'Association suédoise de protection des carnivores sauvages, qui elle aussi défend les loups devant la justice. La Commission européenne a toujours considéré que la Suède devait complètement interdire la chasse d'une espèce "menacée à la fois par l'isolement géographique et la reproduction en consanguinité".