Spéculations autour d'un portrait photo du nouveau chef taliban

  • A
  • A
Spéculations autour d'un portrait photo du nouveau chef taliban
Haibatullah Akhundzada a été choisi comme nouveau chef des talibans mercredi.@ STR / AFGHAN TALIBAN / AFP
Partagez sur :

Les talibans ont confirmé qu'il s'agissait bien de leur chef tout en minimisant : la photo daterait de plus de 12 ans.

La publication d'un portrait photo d'une qualité inhabituelle du nouveau chef des talibans afghans soulevait de nombreuses questions et spéculations vendredi en Afghanistan, deux jours après sa nomination.  

"Prochaine cible". Ce portrait du mollah Haibatullah Akhundzada, très net sur fond clair, a circulé sur les réseaux sociaux de façon officieuse rapidement après sa nomination mercredi, prenant de cours les observateurs du mouvement islamiste, peu habitués à tant de transparence. Des sources talibanes ont ensuite confirmé qu'il s'agissait bien de leur nouveau chef. 

La publication du portrait du mollah Haibatullah, où il apparaît de manière très reconnaissable, a été jugée d'autant plus étrange que son prédécesseur Mansour a péri dans une frappe de drone américaine, pour laquelle une identification précise est un élément crucial. De quoi en faire la "prochaine cible", ont ironisé des internautes.

Une photo plus d'actualité. Un membre de la commission des médias des talibans a toutefois relativisé sa ressemblance, soulignant que le cliché avait été pris il y a plus de douze ans, lorsqu'Akhundzada s'était rendu en pèlerinage à la Mecque. "Akhundzada est désormais un vieil homme avec une barbe blanche, mais nous ne pouvons pas publier de photo plus récente, pour des raisons de sécurité," a-t-il indiqué.
Inhabituel chez les talibans. Un spécialiste pakistanais des talibans, Rahimullah Yousafzai, a souligné que le nouveau chef était probablement peu enclin à ce genre de publicité. Le prédécesseur de Haibatullah Akhundzada, le mollah Akhtar Mansour, n'était connu que par le biais d'une photo de piètre qualité. Quant au fondateur des talibans, le mollah Omar, il était encore davantage entouré de mystère et les clichés connus de lui étaient rares et peu précis.