Soudan du Sud : famine déclarée dans plusieurs zones du pays

  • A
  • A
Soudan du Sud : famine déclarée dans plusieurs zones du pays
La région pétrolière d'Unité est une des plus touchées par le conflit.@ ALBERT GONZALEZ FARRAN / AFP
Partagez sur :

Le gouvernement sud-soudanais a déclaré lundi l'état de famine dans plusieurs zones. Près de la moitié de la population du pays nécessite une assistance alimentaire.

Pour la première fois, le gouvernement sud-soudanais a déclaré l'état de famine dans plusieurs zones du pays, une situation que les agences humanitaires déplorent d'autant plus qu'elle est "causée par l'homme", à savoir par la guerre qui ravage le pays depuis plus de trois ans.

100.000 personnes souffrant de famine. Plusieurs zones de la région d'Unité, dans le nord du pays, sont désormais "classées comme étant en famine (...) ou courant le risque d'être en famine", a déclaré à la presse Isaiah Chol Aruai, président du Bureau national des statistiques, se fondant sur l'échelle IPC, le critère le plus utilisé pour classifier la sécurité alimentaire. Lundi, trois organisations des Nations unies, le Fonds pour l'enfance (Unicef), le Fonds pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), ont indiqué que 100.000 Sud-soudanais de la région d'Unité souffraient de famine, le niveau le plus élevé de l'échelle IPC. Environ 1 million de Sud-soudanais risquent par ailleurs la famine dans les prochains mois, selon la même source.

001_LV69G_preview

© Vincent LEFAI, Jean Michel CORNU / AFP



La première dans la région depuis 2011. "Lorsqu'on déclare officiellement l'état de famine, cela veut dire que les gens ont déjà commencé à mourir de faim", ont indiqué ces trois organisations dans un communiqué commun. "Cette situation alimentaire est la pire depuis le début des combats (de la guerre civile) il y a plus de trois ans". La famine déclarée lundi est la première qui l'est dans la région depuis celle qui a tué 260.000 personnes en Somalie en 2011.

Une situation désastreuse. Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile ayant fait des dizaines de milliers de morts et plus de 3 millions de déplacés, malgré le déploiement de quelque 12.000 Casques bleus. Cette guerre, dans laquelle des atrocités ont été attribuées aux diverses parties au conflit, oppose principalement les troupes du président Salva Kiir, d'ethnie dinka, aux hommes de l'ancien vice-président Riek Machar, issu de l'ethnie nuer. Les Nations unies ont mis en garde contre un risque de génocide.