Soudan du Sud : au moins 89 adolescents enlevés

  • A
  • A
Soudan du Sud : au moins 89 adolescents enlevés
@ ISSOUF SANOGO / AFP
Partagez sur :

Un groupe armé a enlevé au moins 89 adolescents au Soudan du sud samedi, annonce l'Unicef.

L'info. Après les 200 lycéennes enlevées au Nigéria par Boko Haram, c'est au tour d'un autre groupe armé de frapper, au Soudan du Sud cette fois-ci. Une milice a enlevé au moins 89 adolescents, dont certains âgés d'à peine 13 ans, dans la ville de Wau Shilluk, dans le nord du Soudan du Sud, a annoncé samedi l'Unicef dans un communiqué.Selon le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), le nombre réel d'adolescents enlevés pourrait être bien plus élevé. Les belligérants utilisent des enfants-soldats depuis le début du conflit au Soudan du Sud en décembre 2013.

Le récit. Selon des témoins, ces hommes armés non identifiés ont fait irruption à à Wau Shilluk en début de semaine allant de maison en maison pour enlever de force tous les garçons paraissant âgés de plus de 12 ans. "Le recrutement et l'utilisation d'enfants-soldats détruisent les familles et les communautés", déclare Jonathan Veitch, directeur de l'Unicef au Soudan du Sud. "Les enfants sont soumis à un niveau incroyable de violence. Ils perdent leur famille et n'ont aucune chance d'être scolarisés", ajoute-t-il.L'Unicef estime qu'environ 12.000 enfants sont utilisés comme soldats par les deux camps dans la guerre civile qui déchire le Soudan du Sud depuis décembre 2013. 

>> ECOUTEZ AUSSI - Les enfants soldats, une réalité souvent oubliée

"Les problèmes du recrutement d’enfants et des violences sexuelles sont connus des autorités du Soudan", a observé la représentante spéciale du Secrétaire Générale des Nations Unies dans la région, Radhika Coomaraswamy. En cause, l'attitude des autorités soudanaises : "Le Soudan a signé des conventions et pris des engagements, mais nous sommes plutôt inquiets de constater qu’ils ne sont pas réellement respectés et que les résultats sur le terrain ne sont pas perceptibles". 

>> ECOUTEZ AUSSI - Il y aurait 300.000 enfants-soldats dans le monde

Si la représentante spéciale déplore ces recrutements, elle observe néanmoins que "le recrutement d’enfants est en baisse dans le Sud Soudan depuis la signature en 2005 de l’accord de paix global entre le gouvernement soudanais et l’ex-rébellion de la SPLM/A, le mouvement/armée populaire de libération du Soudan (SPLM/A), qui a mis fin à 21 années de guerre civile". Autre danger qui plane sur les enfants dans la région, les violences sexuelles dont sont victimes les jeunes filles. A ce niveau-là, "la situation sur le terrain ne semble pas s’être améliorée", observe Radhika Coomaraswamy. "Les rapports médicaux montrent que les cas de violence sexuelle sont nombreux dans la région", a-t-elle conclu, très sombre.