Somalie : "une question de vie ou de mort"

  • A
  • A
Somalie : "une question de vie ou de mort"
Une réfugiée et son enfant au camp de Dadaab à la frontière entre la Somalie et le Kenya.@ REUTERS
Partagez sur :

1,6 milliard de dollars sont nécessaires, mais le montant de l'aide internationale reste inconnu.

La sécheresse dans la Corne de l'Afrique a provoqué une "situation catastrophique qui exige une aide internationale massive et urgente". Le directeur général l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), Jacques Diouf, a été alarmiste lundi, à Rome, lors de la réunion ministérielle d'urgence demandée par la France, qui préside actuellement le G20.

"La population est désespérée"

"La population de Somalie est désespérée", a, pour sa part, déclaré le vice-Premier ministre somalien à Rome. Le pont aérien d'aide pour Mogadiscio commencera mardi, a annoncé le Programme alimentaire mondial (PAM). Sa directrice, Josette Sheeran, a souligné la situation des enfants somaliens, la "pire" qu'elle ait jamais rencontrée.

12 millions de personnes sont frappées par la pire sécheresse depuis 60 ans dans la Corne de l’Afrique. Selon l'ONU, des dizaines de milliers de personnes sont mortes ces dernières semaines, en Somalie, en Éthiopie, au Kenya, à Djibouti, au Soudan et en Ouganda.

Les ONG déçues

Selon la FAO, 1,6 milliard de dollars seraient nécessaires dans les douze mois à venir et 300 millions de dollars dans les deux prochains mois. Pourtant, à l'issue de cette réunion, aucun engagement chiffré n'est ressorti. Il faudra attendre la réunion des donateurs prévue mercredi à Nairobi pour savoir, concrètement, quel sera le montant de l'aide.

La directrice de l'ONG britannique Oxfam, Barbara Stocking, a jugé "honteux" ce manque d'engagement : "la communauté des donateurs n'est pas prête à s'engager sur le long terme. Il faut que le G20 gère l'importante volatilité des prix alimentaires, il faut s'attaquer à ça". L'organisation One, créée par le chanteur Bono pour combattre la pauvreté, a de son côté espéré que "les mots forts et émotionnels prononcés par les représentants du monde entier seront suivis d’actes aussi forts en faveur des hommes, femmes et enfants qui meurent de faim".

Une bonne nouvelle est toutefois venue de la Banque mondiale, juste avant le coup d'envoi de la réunion de Rome : l'institution a décidé d'octroyer plus de 500 millions de dollars. La somme s'ajoute aux 12 millions de dollars débloqués pour apporter "une aide immédiate à ceux qui sont le plus touchés par la crise".