Solidarité en Italie : un hôpital pédiatrique à cours de Lego en reçoit 500 boîtes

  • A
  • A
Solidarité en Italie : un hôpital pédiatrique à cours de Lego en reçoit 500 boîtes
Pour des raisons d'hygiène, les petits malades ne pouvaient recevoir que des jouets neufs.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

L'appel d'un service d'oncologie pédiatrique italien pour une "urgence Lego" a donné lieu à un véritable élan de solidarité.

Depuis 35 ans, l'association Ageop Ricerca oeuvre pour la recherche, la construction de structures et l'accompagnement des malades et des familles autour du service oncologique de la clinique pédiatrique de Sant'Orsola à Bologne. Cela inclut des collectes de jouets, offerts lors des anniversaires des patients ou quand ils reçoivent un "diplôme de courage" après un traitement douloureux ou une période difficile, a expliqué à l'AFP Francesca Testoni, responsable de l'Ageop. Mais la collecte annuelle de décembre ne suffit pas toujours dans cette clinique comptant six lits dans l'unité de transplantation, 16 d'hospitalisation et une trentaine de jeunes patients en hôpital de jour, en particulier pour les Lego, de loin les plus demandés.

"Nous avons une urgence Lego." Face à la pénurie, Francesca Testoni a lancé le 13 août un appel sur Facebook : "Nous avons une urgence Lego (...) Pour les enfants hospitalisés, il n'y a pas de différence entre l'été et l'hiver, enfermés à l'hôpital." "A tous les âges, construire une voiture, un robot ou une navette spatiale est toujours un jeu merveilleux pour passer le temps et faire voyager l'esprit. Pouvez-vous nous aider ?" a-t-elle écrit, en précisant que pour des raisons d'hygiène, les petits malades ne pouvaient recevoir que des jouets neufs.

"Dès le lundi, les premières boîtes sont arrivées", apportées par des habitants de Bologne. Après le 15 août, les colis via des sites de commerce en ligne ont fait exploser le compteur, et de nombreuses autres livraisons sont encore prévues la semaine prochaine, s'est-elle étonnée. "Il y a un petit garçon de 7 ans qui vient d'entrer dans l'unité de transplantation. Il est à l'isolement complet, il s'ennuyait. Mais maintenant, il est en train de construire une ville entière dans son cocon", s'est réjouie Francesca Testoni.