Soldats contre narcotrafiquants à Rio

  • A
  • A
Soldats contre narcotrafiquants à Rio
@ REUTERS
Partagez sur :

Au Brésil, les autorités assurent dimanche avoir repris le contrôle du bastion des trafiquants.

Scènes de guerre dans les rues de Rio de Janeiro, dimanche matin, au Brésil. Quelque 2.600 parachutistes, fusiliers marins, membres des forces d'élite de la police et policiers militaires, secondés par des blindés et des hélicoptères, ont été mobilisés au petit matin pour donner l'assaut contre le bastion des narcotrafiquants dans un ensemble de favelas du nord de la ville.

Quelques heures plus tard, la police a annoncé officiellement avoir repris le contrôle de cette zone, les favelas du Complexo do Alemao, où vivent 400.000 personnes. "Maintenant, c'est un travail de patience. Nous allons fouiller maison par maison. Il n'y aura pas un seul endroit qui ne sera pas vérifié", a ajouté le commandant Duarte. La progression des soldats et policiers se fait lentement, car "c'est un terrain très accidenté et il y a des risques d'embuscades ou d'habitants pris en otage par les narcos. Nous pouvons avoir des foyers de résistance", a précisé le colonel de la police militaire Milton Correa da Costa.

600 narcos retranchés dans les favelas

Le commandant Duarte a précisé que "jusqu'à maintenant il n'y [avait] pas eu d'affrontements armés" entre les forces de sécurité et les trafiquants bien que des tirs soient encore entendus sporadiquement.

Les narcotraficants sont 600 environ à s’être retranchés dans les favelas, refusant de se rendre, comme l’exigeait un ultimatum fixé par les autorités brésiliennes. Le Complexo do Alemao est dominé par le gang criminel Comando vermelho, ou Commando rouge, un des plus anciens et un des trois plus puissants de Rio.

Jamais la guerre contre le narcotrafic n’avait donné lieu à un tel déploiement de force au Brésil :

La démonstration de force en cours fait suite à une vague d'attaques et d'incendies de véhicules lancées par les narcos il y a une semaine. Mais à plus long terme, le Brésil s’est bien lancé dans la préparation du Mondial de football en 2014 et des Jeux olympiques de 2016. Et entend en finir avec la violence liée au trafic de drogue.