Snowden a voyagé avec des papiers équatoriens

  • A
  • A
Snowden a voyagé avec des papiers équatoriens
@ CAPTURE YOUTUBE
Partagez sur :

ESSENTIEL - L'informaticien, dont le passeport a été révoqué, doit rejoindre l'Equateur.

L'INFO. Le flou demeure sur les intentions d'Edward Snowden. L'informaticien à l'origine des révélations sur le programme américain de cybersurveillance Prism, a fait escale dimanche à Moscou. Il doit maintenant rejoindre l'Equateur qui lui a accordé l'asile politique, mais personne ne sait où il se trouve.

snowden-moscou-avion_930x62

Son parcours. Edawrd Snowden a quitté Hong Kong dimanche pour Moscou où il est arrivé en milieu de journée. De là, l'informaticien devait reprendre un vol pour La Havane, à Cuba, selon une liste de passagers vus par plusieurs témoins. Mais lundi matin, Edward Snowden ne se trouvait pas à bord de l'avion pour La Havane.

>> A lire également : les tribulations d'Edward Snowden en images.

La traque. Les Etats-Unis tentent tout pour qu'Edward Snowden ne soit pas autorisé à voyager. Dimanche, le parole du département d'Etat américain a indiqué que le passeport de l'informaticien avait été révoqué. "Les personnes réclamées par la justice pour trahison comme M. Snowden ne doivent pas être autorisées à faire un quelconque voyage à l'étranger autre que celui destiné à les rapatrier aux Etats-Unis", a déclaré Jen Psaki, le porte-parole. La révocation du passeport d'Edward Snowden est une procédure "habituelle et conforme à la législation américaine" pour les accusations portées contre lui. Cette décision "ne remet pas en question son statut de citoyen américain", a-t-il ajouté.

Le coup de ruse. L'ex-consultant de la CIA a quitté Hong Kong dimanche avec "des papiers de réfugié" délivrés par l'Equateur, a affirmé lundi le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.
Il a ajouté que le processus pour obtenir l'asile comportait "plusieurs étapes". Edward Snowden a fait des demandes d'asile à plusieurs pays dont l'Equateur et l'Islande, a rappelé un porte-

Le coup de pression. La diplomatie américaine a également mis la pression sur Moscou, en demandant la coopération de la Russie pour le renvoi aux Etats-Unis de l'ex-consultant de la CIA accusé d'espionnage, afin qu'il y réponde des charges pesant contre lui. Pour le secrétaire d'Etat américain, Edward Snowden a "trahi son pays". Le Kremlin a indiqué pour sa part qu'il n'interviendrait pas dans le dossier Snowden, selon le Wall Street Journal.



>> A lire également : La NSA renforce sa sécurité.

Même topos avec Hong Kong. La décision de laisser partir de Hong Kong Edward Snowden, a "incontestablement" un impact négatif sur les relations sino-américaines, a estimé lundi la Maison Blanche. "Il s'agit d'un choix délibéré du gouvernement (chinois) de libérer un fugitif en dépit d'un mandat d'arrêt valide et cette décision a incontestablement un impact négatif sur la relation" entre les deux pays, a déclaré Jay Carney, porte-parole de la Maison Blanche, au cours d'un point de presse.

Les rumeurs. Plusieurs destinations avaient été évoquées dimanche comme futur lieu de résidence d'Edward Snowden. L'Islande figurait parmi les possibilités, puis Cuba, puis le Venezuela. Aux dernières nouvelles, c'est en Équateur qu'il devrait se rendre, selon un communiqué publié par Wikileaks.

>> A LIRE AUSSI : Snwoden, un ex-agent très secret

Ses soutiens. Edward Snowden est soutenu par les membres de Wikileaks. Il est d'ailleurs accompagné par des diplomates et des conseillers juridiques du site fondé par Julian Assange. "M. Snowden a demandé à WikiLeaks d'utiliser son expertise juridique et son expérience pour assurer sa sécurité", indique le communiqué publié. "Une fois que M. Snowden arrivera à sa destination finale, sa requête sera formellement traitée", ajoute WikiLeaks, sans plus de précision.

>> A LIRE AUSSI : L’Islande se prépare à accueillir Edward Snowden

snowden hong kong 930

© Reuters

L'extradition. Le départ d'Edward Snowden survient quelques jours après que les Etats-Unis ont formellement demandé aux autorités de Hong Kong de l'arrêter en vue d'obtenir son extradition. Edward Snowden a multiplié les révélations depuis le 5 juin, date des premiers articles fracassants du Guardian et du Washington Post sur la collecte par l'Agence nationale de sécurité (NSA) de données téléphoniques aux Etats-Unis et des communications d'étrangers sur internet.

Le risque. Le ministère américain de la Justice a fait savoir qu'il continuerait à rechercher la coopération judiciaire des pays où l'informaticien se rendrait. Inculpé aux Etats-Unis pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux, Edward Snowden encourt 30 ans de réclusion dans son pays.