Singapour en état de choc après des émeutes

  • A
  • A
Singapour en état de choc après des émeutes
@ REUTERS
Partagez sur :

Des centaines de travailleurs étrangers se sont opposés à la police après la mort d'un Indien.

De violentes émeutes ont opposé dans la nuit de dimanche à lundi à Singapour des centaines de travailleurs étrangers à la police, choquant la cité-Etat à l'image multiethnique normalement très policée.

Dix-huit personnes ont été blessées et des voitures de police brûlées dans les premières violences du genre depuis 1969, réveillant le souvenir des émeutes raciales qui avaient alors secoué Singapour.

Selon la police, les émeutes sont survenues après la mort d'un Indien, écrasé par un bus dans le quartier "Little India" ("La petite Inde"), où des milliers de travailleurs de la construction du sous-continent indien se réunissent le dimanche pour profiter de leur jour de repos, abusant parfois de l'alcool.



Environ 400 personnes s'en sont alors pris au bus incriminé, ainsi qu'à des voitures de police. Dix policiers ont compté parmi les blessés, selon les forces de l'ordre. 27 travailleurs d'Asie du Sud ont été arrêtés, trois voitures de police et une ambulance brûlées, a-t-on indiqué de même source.

Les images des émeutes, les premières depuis les violences raciales de 1969 selon les médias, ont choqué la population de la cité-Etat, ville sans histoires où les autorités font régner un ordre absolu.

Les violences révèlent la face cachée de la riche capitale financière, dont le succès dépend d'une cohorte de travailleurs étrangers, notamment indiens, qui s'estiment souvent les laissés-pour-compte du miracle économique singapourien.

Leur présence fait de plus régulièrement l'objet de critiques de la part des Singapouriens de souche, contrastant avec l'image officielle d'une ville multiethnique très harmonieuse. "Nous n'épargnerons aucun effort pour identifier les coupables et leur infliger toute la force de la loi", a indiqué le Premier ministre Lee Hsien Loong.