Silvio Berlusconi est sorti de l’hôpital

  • A
  • A
Silvio Berlusconi est sorti de l’hôpital
Partagez sur :

L’hospitalisation du chef du gouvernement italien a duré quatre jours, malgré un pronostic initial de 24 à 36 heures

Pansement sur le nez, une grosse compresse sur la partie gauche du visage, Silvio Berlusconi a quitté jeudi peu avant midi l'hôpital San Raffaele de Milan où il était soigné pour une fracture du nez, deux dents cassées et une blessure à la lèvre. Le chef du gouvernement italien a dû passer quatre nuits à l'hôpital malgré un pronostic initial de 24 à 36 heures.

Le "Cavaliere" a salué de la main la cinquantaine de journalistes et les curieux qui s'étaient rassemblés aux grilles d'entrée de l'hôpital. Silvio Berlusconi devrait être emmené directement à sa villa d'Arcore, à une quinzaine de kilomètres de Milan, pour sa convalescence qui doit durer deux semaines.

Paolo Bonaiuti, le porte-parole de Silvio Berlusconi, a déclaré mercredi qu’il serait "difficile sinon impossible de le tenir tranquille, loin du travail". Cette semaine, le Cavaliere a dû annuler une rencontre avec le premier ministre monténégrin Milo Djukanovic et surtout sa participation au sommet de Copenhague sur le climat. Sa conférence de presse de fin d'année reste également incertaine.

Même à l’hôpital, le cas Berlusconi a continué d’alimenter la polémique. "Je le redis à tous : soyez sereins et tranquilles. L'amour l'emporte toujours sur l'envie et la haine", avait-il fait savoir dans un message publié en "une" du site de son parti Peuple de la liberté, plaçant une nouvelle fois le débat sur le terrain affectif.

Massimo Tartaglia, l’agresseur de Silvio Berlusconi, soigné depuis dix ans pour des troubles mentaux, a été maintenu en prison par la justice milanaise mercredi. Et ce malgré la requête déposée par ses avocats pour qu'il soit envoyé au moins provisoirement dans un hôpital psychiatrique.

> Un homme interpellé dans l'hôpital de Berlusconi

> "Haine", "folie" : la presse italienne se déchaîne