Shell définitivement autorisé à forer dans l'Arctique

  • A
  • A
Shell définitivement autorisé à forer dans l'Arctique
Un militant Greenpeace protestant contre les forages dans l'Arctique sur le toit d'une station Shell.@ AFP
Partagez sur :

Les forages vivement contestés par les défenseurs de l'environnement avaient été interrompus il y a trois ans. 

"Quand Obama se rendra dans l'Arctique à la fin du mois, il devra affronter les communautés qu'il sacrifie aux intérêts de Shell". Les militants écologistes n'ont pas mâché leurs mots mardi après l'annonce du feu vert définitif accordé par l'administration américaine à Royal Dutch Shell pour reprendre ses forages dans l'océan Arctique dans l'espoir d'y trouver du pétrole et du gaz.

La reprise d'une activité controversée. Le permis définitif de prospection dans la mer des Tchouktches, au nord de l'Alaska, donné par le département de l'Intérieur au groupe anglo-néerlandais est un rebondissement. Shell avait suspendu son programme de forages dans cette zone en 2012 après s'être heurté à de multiples difficultés imprévues, parmi lesquelles la perte de contrôle d'une énorme plate-forme de laquelle 18 ouvriers avaient dû être évacués par les garde-côtes.

Les conditions particulièrement difficiles dans la mer des Tchouktches ont dissuadé d'autres compagnies pétrolières d'y prospecter. Le feu vert de Washington n'a été accordé à Shell qu'une fois terminées les réparations requises sur le Fennica, un brise-glace loué par la compagnie qui transporte des équipements de forage d'urgence.

Un reliquat de l'ère Bush. Shell avait obtenu des concessions dans la mer des Tchouktches pendant la présidence de George W. Bush, avant 2009. Certains défenseurs de l'environnement dénoncent l'hypocrisie de de Barack Obama : "il doit modifier le cap fixé il y a huit ans par l'ex-président George W. Bush en matière de forages dans l'Arctique, et non le perpétuer", a ainsi déclaré lundi Michael Brune, le président du Sierra Club. 

Le Sierra Club, comme d'autres organisations, souligne le caractère vulnérable spécifique de l'océan Arctique, notamment en raison du changement climatique et appelle Barack Obama à annuler les enchères prévues en 2016 et 2017 pour l'octroi de nouveaux permis pétroliers et à interdire définitivement les forages dans l'océan Arctique.

Le président américain doit se rendre en Alaska à la fin du mois pour prononcer un discours lors d'une conférence sur l'Arctique et visiter des régions menacées par le changement climatique.