Shalit : sa première journée d'homme libre

  • A
  • A
Shalit : sa première journée d'homme libre
Gilad Shalit est tombé dans les bras de son père Noam lors de leurs retrouvailles@ Reuters
Partagez sur :

Le soldat franco-israélien est rentré en Israël mardi au terme d'une journée chargée en émotion.

Gilad Shalit est ce soir un homme libre. Le visage pâle, les traits tirés, très amaigri, dans un uniforme militaire visiblement trop grand pour lui, le soldat israélien a retrouvé mardi sa famille après avoir passé près de 1.940 jours en captivité dans une prison à Gaza.

Le jeune homme de 25 ans a été accueilli en véritable héros dans son village de Mitzpé Hila, en haute Galilée, dans le nord d'Israël. Les habitants ont fait une chaîne humaine pour acclamer l'enfant du pays, capturé par un commando palestinien, le 25 juin 2006 en lisière de la bande de Gaza.

Le retour de l'enfant du pays

Chants, danses, lancés de fleurs... tous ont laissé exploser leur joie alors que la voiture emmenant l'ancien prisonnier le conduisait chez ses parents.

Sans doute éprouvé par ses longues années de détention et cette journée marathon, Gilad Shalit est rapidement rentré chez lui, sans prononcer un mot.

Le jeune soldat a retrouvé un peu plus tôt ses parents sur la base aérienne de Tel Nof, dans le sud du pays. Un moment chargé d'émotion. Gilad est tombé dans les bras de son père Noam, qui n'a eu de cesse de se battre pour que ce moment soit possible.

"Unis dans la joie et la douleur"

Une cérémonie discrète a été organisée en présence du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, du ministre de la Défense Ehoud Barak et du chef d'état-major, le général Benny Gantz.

"Tout terroriste qui reprendra ses activités, que le sang lui retombe sur la tête", a prévenu le Premier ministre en citant la Bible. "Aujourd'hui, nous sommes tous unis dans la joie et la douleur. La mission de ramener chez lui Gilad Shalit sain et sauf a été menée à bien", s'est félicité Benjamin Netanyahou tout en évoquant une "décision très difficile" à propos de l'échange de prisonniers.

Trois mois de négociations entre le Hamas et le gouvernement israélien ont été nécessaires pour mener à cet accord sans précédent prévoyant le transfert du sergent israélien contre plus de 1.027 prisonniers palestiniens.

"Là-bas (dans les territoires palestiniens), on fête le retour d'assassins, alors qu'ici nous sanctifions, au contraire, la vie", a ajouté le chef du gouvernement.

"Cette mission a été accomplie" :

Juste après l'annonce du transfert de Gilad Shalit en Israël, les premiers prisonniers ont été relâchés en Cisjordanie et dans Gaza, accueillis par les dirigeants palestiniens et leurs proches au milieu de scènes de liesse. A Gaza, près de 200.000 personnes se sont rassemblées à Gaza City pour accueillir les prisonniers libérés comme des héros. La journée a même été décrétée jour férié.

"Jour de fête à Gaza" :

Ses premiers mots, c'est à la télévision égyptienne que le sergent les a prononcés.

"Je pensais que j'allais encore rester de nombreuses années en prison à Gaza mais j'ai appris ma libération il y a une semaine", a déclaré Gilad Shalit à la télévision égyptienne au moment de sa libération.

"A ce moment-là, j'ai senti que c'était le dernier espoir pour moi d'être libéré. J'étais très content. Je ne saurais pas expliquer ce que j'ai ressenti à ce moment là mais je me suis dit que je venais de traverser des moments vraiment très difficiles", a conclu Gilad Shalit.

"J'ai appris ma libération, il y a une semaine" :

L'interview a été enregistrée en début de matinée, peu après son transfert de Gaza vers l'Égypte. La télévision égyptienne devrait également diffuser prochainement les images des "préparatifs de transfert de Shalit de la bande de Gaza à l'Égypte".