Shalit : la joie aussi côté palestinien

  • A
  • A
Shalit : la joie aussi côté palestinien
@ REUTERS
Partagez sur :

Les familles des prisonniers relâchés en échange du soldat israélien sont impatientes.

Le soldat israélien Gilad Shalit doit recouvrer la liberté mardi après plus de cinq ans de captivité. Sa libération est aussi très attendue côté palestinien, car elle signifie le retour d’un millier de prisonniers palestiniens. Parmi eux, Ouafa qui avait 20 ans lorsqu’elle a été arrêtée alors qu’elle s’apprêtait à se faire exploser devant des soldats israéliens. Elle est l'une des seules femmes qui sera relâchée.

L’impatience des familles des prisonniers palestiniens

Aujourd’hui, Ouafa a 27 ans et sa mère, Salma, est émue à l’idée de retrouver sa fille. Elle pleure un peu aussi à cause des oignons qu’épluchent cinq de ses autres filles qui sont en train de préparer un "somagaya", plat traditionnel palestinien, l’un des préférés de Ouafa.

"Je suis tellement heureuse"

"Je n’arrive toujours pas à croire que je vais revoir ma fille", confie Salma, "je suis tellement heureuse". "J’aimerais pouvoir ouvrir mon ventre pour la mettre à l’intérieur. Je suis vraiment très heureuse", ajoute sa mère.

Ouafa est attendue comme une héroïne, une gigantesque fête est prévue dans la maison familiale. Ses trois frères et ses sept sœurs sont fiers de son combat pour ce qu’ils considèrent comme la résistance palestinienne.

Salma acquiesce et aimerait que tous ses enfants prennent exemple sur elle. "Le djihad, c’est la résistance contre l’occupation israélienne et chaque Palestinien veut résister contre les Israéliens", explique la mère de Ouafa.

Le Hamas leur souhaite la bienvenue

Salma remercie les brigades Ezzedine Al-Qassam, qui ont revendiqué la capture de Gilad Shalit et le Hamas qui a conclu cet accord d’échange. Le Hamas compte d’ailleurs profiter de cet échange pour redorer son blason auprès des habitants de Gaza. Dans les rues de ce territoire coupé du monde, l’organisation a peint des messages sur les murs pour souhaiter la bienvenue à tous les prisonniers libérés.