Sénégal : vers un second tour ?

  • A
  • A
Sénégal : vers un second tour  ?
Quelque 5,3 millions d'électeurs étaient appelés à choisir entre Abdoulaye Wade, 85 ans et 13 opposants@ Reuters
Partagez sur :

Bien que favori, Abdoulaye Wade serait en ballottage pour l'élection présidentielle.

Le scrutin du premier tour de la présidentielle s’est déroulé dans un calme relatif après les violences meurtrières qui ont marqué la contestation de la candidature du chef de l'Etat sortant, Abdoulaye Wade. Si pour l’instant aucune tendance officielle n’est connue,  la participation pourrait approcher les 50%, selon les informations recueillies sur place par Europe 1. Un chiffre en baisse puisque  près de 70% des inscrits s’étaient déplacés lors des deux dernières élections.

Les bureaux de vote ont fermé officiellement à 18 heures, mais à Dakar, certains bureaux qui avaient ouvert après l'heure officielle (à 8 heures locales et GMT), dans lesquels des électeurs attendaient encore de voter, ou pour lesquels la participation était jugée faible, restaient ouverts après la fermeture.

Candidat à un troisième mandat, le président Wade, accompagné de son fils Karim et de sa fille Sindiély, a voté en milieu de journée dans le quartier du Point E sous les huées de centaines d'opposants que n'ont pu couvrir les applaudissements de dizaines de ses partisans.

"Les Sénégalais vont riposter"

Quelque 5,3 millions d'électeurs étaient appelés à choisir entre Abdoulaye Wade, 85 ans et 13 opposants.Les premières tendances pourraient être connues dans la nuit de dimanche, voire lundi matin.

Dans les files d'attentes, les Sénégalais sont dans l'attente des résultats. "Moi mon candidat, c’est maître Abdoulaye Wade. S’il gagne, les autres candidats qui ont été vaincus doivent le féliciter", déclare ce Sénégalais au micro d’Europe 1. "Moi je ne suis pas d’accord. Il ne va pas gagner. Tout simplement parce que les Sénégalais, ils vont s’exprimer. S’il annonce qu’il va gagner, les Sénégalais vont riposter, ils vont lui dire ce qu’ils en pensent", lui répond une adversaire du président.

"Légalement, il n'est pas candidat"

La nouvelle candidature Wade était jugée anticonstitutionnelle par l'opposition, pour qui il a épuisé ses deux mandats légaux. Ses partisans soulignent que des réformes de la Constitution en 2001 et 2008 lui donnaient le droit de se représenter. "J'ai voté en choisissant 13 bulletins, que j'ai amenés dans l'isoloir pour en choisir un. J'ai royalement ignoré le bulletin d'Abdoulaye Wade qui, légalement, n'est pas candidat", a déclaré à la presse Cheikh Bamba Dièye, candidat de gauche à la présidentielle, à Saint-Louis (Nord), dont il est le maire.

Le collectif de jeunes Y'en a marre, à la pointe du combat contre la nouvelle candidature du président sortant, avait donné un seul mot d'ordre: "Tout sauf Wade". Le président sénégalais ais s'est dit de son côté persuadé d'avoir une "majorité écrasante" dès le premier tour, dans un entretien à l'hebdomadaire français le Journal du Dimanche.