Sénégal : "on est vraiment fatigués"
© Reuters

REPORTAGE - La candidature du président sortant Wade divise encore les habitants de Dakar.

La campagne touche à sa fin. Les Sénégalais sont appelés dimanche à élire leur président. Alors que plusieurs candidats ont demandé le retrait de la candidature d'Abdoulaye Wade, président sortant qui brigue un nouveau mandat à 85 ans, la question divise toujours la population. Europe 1 est parti à la rencontre d’habitants de Dakar.

Jeudi, de nouvelles violences ont eu lieu aux alentours de la Place de l'Indépendance en centre-ville, où tentent de se rendre depuis dix jours des candidats d'opposition et leurs partisans. Au total, treize partis font campagne pour la présidentielle. Une campagne qui se résume à une question : pour ou contre Abdoulaye  Wade ?

"Il bousille tout l'argent"

Dans le quartier populaire de la Médina à Dakar, les Sénégalais font le bilan de ses 12 années de pouvoir. Un bébé sur la hanche et quelques pièces au creux de la main, le combat quotidien d'Aminata consiste à nourrir sa grande famille. Pour payer les sacs de riz, elle cuisine des galettes de poissons qu'elle vend le soir dans la rue en face de chez elle. Mais au marché, les prix des denrées ont doublé, voire triplé depuis l'accession de Wade au pouvoir.

"Le kilo de sucre coûtait 325, maintenant c'est 750 francs. Tout est cher maintenant. Monsieur Wade, il est vieux. Actuellement il doit aller se reposer. Il bousille tout l'argent, vous savez combien d'argent il a dépensé pour la campagne ? On est vraiment  fatigués", commente-t-elle au micro d'Europe 1.

"Le champion des infrastructures"

Un jeune homme coiffé d'une casquette bleue à la gloire du président sortant rappelle de son côté que Wade a construit des routes et des écoles. Il rappelle également que les socialistes sont restés 40 ans au pouvoir avant qu' d'Abdoulaye Wade ne soit élu.

"Wade n’a fait que douze ans de pouvoir. Il s'est prononcé lui-même le champion des infrastructures en Afrique. Tous les pays qui sont développés dans le monde se sont développés grâce aux infrastructures. Notre seule ambition est de réélire son excellence en 2012", lance-t-il de son côté.