Ségalat condamné à 16 ans de prison

  • A
  • A
Ségalat condamné à 16 ans de prison
Laurent Ségalat, ici à gauche, avec son avocat Gilles-Jean Portejoie@ MAXPPP
Partagez sur :

Ce Français a été jugé comme "l'auteur de l'agression" qui a coûté la vie à sa belle-mère.

Acquitté en première instance "au bénéfice d'un doute suffisant", Laurent Ségalat a été condamné vendredi à 16 ans de prison en appel par le tribunal cantonal de Lausanne pour le meurtre de sa belle-mère. Le généticien français ne s'est pas présenté devant le tribunal alors que le procureur avait précisément demandé jeudi "son arrestation immédiate" en cas de condamnation, en raison d'un potentiel risque de fuite.

>> A LIRE AUSSI - Affaire Ségalat, l'énigme jugée en appel

"L'auteur de l'agression"

Pour les trois juges du tribunal, dans leur verdict, il n'y a "aucun doute, le prévenu est l'auteur des graves lésions" qui ont coûté la vie à la femme de son père, Catherine Ségalat, 64 ans, morte le 9 septembre 2010.

En juin dernier, à l'issue d'un procès fleuve en première instance, la cour avait uniquement pu statuer sur le fait que cette mort n'avait rien d'accidentelle. Mais le Français avait été acquitté car sa culpabilité n'avait pu être prouvée et aucun mobile dégagé. Cependant, nombre de questions étaient ainsi restées sans réponses.

Des questions accablantes

Comment expliquer le temps mis par le généticien, près de trois heures, pour appeler de l'aide après la découverte du corps sans vie ? Comment expliquer les griffures qu'il avait aux bras et son ADN découvert sous les ongles de la victime ?  Pourquoi a-t-il lavé le sol et  changé sa chemise souillée de sang ?

Vendredi, le tribunal a cette fois répondu. Fermement. Les griffures ?  "La pluralité des explications (du prévenu a ce sujet) montre qu'il ne dit pas la vérité".  Le nettoyage des lieux à l'eau de javel ? Un geste qui "avait pour but d'altérer la scène du crime. Il s'agit d'un comportement de dissimulation".

"Un réquisitoire bâti sur le sable"

Pour sa part, un des avocats de Laurent Ségalat, Gilles-Jean Portejoie, a expliqué jeudi que les experts avaient conclu que son client ne pouvait pas être sur les lieux au moment du décès de Catherine Ségalat. "Dans ce dossier, vous n'avez pas l'ombre d'un mobile raisonnable (...) tout simplement car ce n'est pas lui" le coupable, avait plaidé Me Portejoie. "Votre réquisitoire est bâti sur le sable", avait-t-il ajouté, soulignant l'absence d'"élément irréfutable".

De son côté, le procureur avait relevé qu'il n'était "matériellement pas possible d'avoir fait tous les actes" que le généticien dit avoir fait (tenter de réanimer sa belle-mère, changer deux fois de chemise, nettoyer le sol) entre le temps où il dit être arrivé sur les lieux et l'heure d'arrivée du docteur.

29.11 Laurent Ségalat arrivée au tribunal 930620

© MAX PPP

Et maintenant ?

Vendredi, le tribunal cantonal a donc jugé que trop d'éléments concordaient et a donc condamné Laurent Ségalat à 16 ans de prison ainsi qu'à verser 30.000 francs suisses (25.000 euros) à chacune des deux soeurs de la victime, parties civiles dans ce procès. Bénéficiant d'un sauf-conduit pour la seule journée de jeudi, le Français s'était présenté à l'audience et avait exprimé son intention d'être présent vendredi à 16 heures pour la lecture du verdict… mais dans le tribunal, vendredi, sa place est restée vide.

Depuis son acquittement, au terme de 28 mois de détention provisoire, Laurent Ségalat, chercheur au CNRS à Lyon, réside à Thonon, en France. Il bénéficie encore d'un recours fédéral équivalant en droit français à un recours en cassation. Suspensive sur la peine totale, cette procédure n'annulerait pas en revanche la privation de liberté dans un but préventif. Laurent Ségalat ne risque pas cependant d'être envoyé en Suisse, la France n'extradant pas ses ressortissants dans un tel cas. Les ministères de la Justice peuvent cependant s'entendre sur une éventuelle détention en France.