Scènes de guerre à la Jamaïque

  • A
  • A
Scènes de guerre à la Jamaïque
@ REUTERS
Partagez sur :

La police a donné l'assaut contre le fief d'un parrain de la drogue recherché par les Etats-Unis.

Kingston était en état de siège mardi matin au lendemain de l'assaut donné contre le fief du narcotrafiquant "Dudus", en plein coeur de la capitale jamaïcaine, où retentissaient encore des tirs et des explosions. Les autorités espèrent ainsi mettre fin aux violences qui ont fait au moins 60 morts. 211 personnes ont par ailleurs été arrêtées.

"Les forces de l'ordre sont entrées à Tivoli Gardens", un quartier de Kingston considéré comme le fief du Christopher "Dudus" Coke, a déclaré un porte-parole de la police. C’est l’arrestation annoncée de ce parrain de la drogue qui a mis le feu aux poudres. "Dudus", 42 ans, est accusé d'être à la tête du Shower Posse gang, la plus importante organisation de trafic de drogue et d'armes à la Jamaïque. Il est soupçonné de fournir en marijuana et en crack les Etats-Unis qui réclament son extradition. Inculpé en août aux Etats-Unis pour trafic de stupéfiants et d'armes, il risque la prison à vie s'il est extradé.

Etat d'urgence

La situation est telle que les autorités locales ont décidé d’instaurer, pour un mois, l’état d’urgence dans la capitale de la Jamaïque, théâtre d’affrontements violents entre la police et des gangs armés. Lundi soir, des habitants paniqués tentaient de fuir le quartier situé dans l'ouest de la capitale, en proie à des combats de rue entre les forces de l'ordre et des hommes de main du parrain de la drogue. Certains d'entre eux ont déclaré à la radio jamaïcaine avoir vu des corps étendus dans la rue.

"Nous sommes prêts à mourir pour Dudus"

Pour le "défendre", les gangs de Kingston avaient commencé dès jeudi à ériger des barricades dans les quartiers les plus sensibles de la capitale et à amasser des armes y compris des fusils de gros calibre.

Les partisans de "Dudus", considéré par certains comme un parrain dont l’argent est une bénédiction, sont aussi descendus dans la rue. "Il est proche de Dieu. Nous sommes prêts à mourir pour Dudus, exactement comme Jésus est mort pour nous sur la croix", a lancé l’un d’eux.

Femmes et enfants évacués

En face, le gouvernement affiche sa détermination. "Il ne sera pas permis aux éléments criminels qui ont placé la société en état de siège de triompher", a déclaré le Premier ministre jamaïcain, Bruce Golding, dans un message solennel. Les premiers résidents évacués, notamment les femmes et les enfants, ont été conduits vers des autobus qui doivent les emmener en lieu sûr.