Sarkozy, un "mauvais joueur de foot"

  • A
  • A
Sarkozy, un "mauvais joueur de foot"
@ REUTERS
Partagez sur :

REVUE DE PRESSE - "Choc frontal", "clash magistral" : l’attitude du chef de l’Etat est décriée.

Nicolas Sarkozy s’est comporté jeudi à Bruxelles "comme ces footballeurs qui se jettent au sol en hurlant tellement de douleur que l'arbitre hésite à siffler leur faute", en l’occurrence les expulsions à répétition de Roms. Vendredi matin, l’attitude du président de la République déclenche des critiques presque unanimes dans la presse française, à l’image de cet éditorial du quotidien La Montagne.







Revue de presse du 17 septembre 2010. 630250





© LA MONTAGNE







Les Dernières nouvelles d'Alsace préfèrent la métaphore encore plus musclée de la "foire d'empoigne". "A Bruxelles, les échanges entre Nicolas Sarkozy et le président de la Commission se sont effectués à balles réelles", mesure Philippe Waucampt, l’éditorialiste du Républicain lorrain qui va jusqu’à parler de "clash magistral".





Revue de presse du 17 septembre 2010. 630250





© DNA









Cette bataille va laisser des traces, s’inquiète par ailleurs la presse française. "Que seul Berlusconi ait volé au secours [de Nicolas Sarkzoy] en dit long sur sa situation et sur la qualité de ses alliés", ironise Gilles Debernardi dans les colonnes du Dauphiné Libéré.

Signe de ce malaise européen, palpable dans la presse de l'ensemble du Vieux continent : une éditorialiste britannique répond à la controverse sur les expulsions de Roms en proposant l’expulsion… de la France de l’Union européenne. "Jetez les Français avec autant de cérémonies qu’ils le font pour les familles roms. Un régime raciste n’a pas sa place dans une Europe civilisée", assène Louise Doughty, dans The Guardian.





Revue de presse du 17 septembre 2010. 630250





© GUARDIAN







Mais après cette prise de bec au niveau européen, la presse de chacun des Etats-membres en profite surtout pour balayer devant sa porte. En Espagne, l’attitude ambigüe du Premier ministre José Luis Zapatero, qui a "évité de critiquer la France", s’attirant au passage les foudres d’une partie de son camp, fait la Une du journal El Pais par exemple. "Les Roms : expulsion ou intégration ?" : le journal belgeLe Soir, lui, a choisi d’en faire un débat avec ses lecteurs.

De l’autre côté de l’Atlantique, le New York Times a choisi d’élargir la question : et si l’errance sans fin des Roms était tout simplement "un test pour ‘les frontières ouvertes’ de l’Europe" ?