Sarkozy rend visite à Obama

  • A
  • A
Sarkozy rend visite à Obama
@ REUTERS
Partagez sur :

Une semaine après la débâcle des régionales, il s’offre une courte parenthèse internationale.

Attendu et même sollicité depuis des mois, ce rendez-vous ne pouvait pas mieux tomber. Nicolas Sarkozy sera lundi et mardi aux Etats-Unis, où il s'affichera pour la première fois avec le président américain Barack Obama à la Maison-Blanche.

Depuis plus d'une semaine, la sévère défaite de sa majorité a réveillé ceux qui, jusque dans son propre camp, critiquent le "style" du chef de l'Etat, jugé un peu trop iconoclaste. Discours et discussion avec des étudiants de la prestigieuse université Columbia lundi à New York, entretien dans le bureau ovale et conférence de presse aux côtés de son charismatique hôte américain le mardi, ce séjour outre-Atlantique offre à Nicolas Sarkozy une occasion inespérée de redorer rapidement son blason présidentiel.

Un dîner en privé

Cerise "people" sur ce gâteau diplomatique, Barack et Michelle Obama ont invité le président français et son épouse Carla Bruni à conclure leur séjour par un dîner à quatre dans leurs appartements privés de la Maison blanche. Une "première", "un témoignage d'amitié particulier", se plaît à souligner l'Elysée, qui veut y voir la fin des tensions qui ont parasité les débuts de la collaboration entre les deux dirigeants. "Un dîner est quelque chose d'intime", confirme un diplomate occidental, "vous invitez un homme d'Etat important à un dîner d'Etat, mais un ami vous l'invitez chez vous".

Accord sur les grands dossiers

Sur le fond, la relation entre les deux pays se porte bien, insiste-t-on à Paris et Washington. Les heures sombres de l'intervention américaine en Irak sont oubliées et les deux présidents ne ratent plus une occasion de souligner leur totale "convergence de vues" ou, sur les sujets plus délicats, leur volonté de "travailler ensemble".

Sur la plupart des grands dossiers, leur analyse est très proche. De la nécessité de renforcer les sanctions pour empêcher l'Iran d'accéder à l'arme nucléaire à celle de sortir le processus de paix au Proche-Orient de l'impasse. Les sujets moins consensuels ne seront pas évités. Nicolas Sarkozy veut plaider pour la poursuite des efforts sur la régulation financière, la remise à plat du système monétaire international ou la relance des négociations sur le climat, après la déception de Copenhague. La question des avions ravitailleurs devrait également être abordée. De son côté, Barack Obama redira à Nicolas Sarkozy que des soldats français supplémentaires seraient les bienvenus en Afghanistan.