Sandy, la "surprise d’octobre"

  • A
  • A
Sandy, la "surprise d’octobre"
Pour les observateurs, l'ouragan Sandy constitue la "surprise d'octobre" de l'élection.@ REUTERS
Partagez sur :

ZOOM - Les derniers jours des campagnes américaines sont souvent riches en rebondissements.

Cette année, c’est la nature qui s’est chargée de la "surprise d’octobre" de l’élection présidentielle.  Aux États-Unis, les scrutins sont en effet souvent marqués par ces événements ou révélations de dernière minute, capables de bouleverser le résultat. En s’abattant sur le nord-est du pays en début de semaine, l’ouragan Sandy a interrompu brièvement la course à la Maison-Blanche.

>> A lire aussi : Sandy, une aubaine pour Obama ?

La catastrophe, qui a coûté la vie à une centaine de personnes, a indirectement permis à Barack Obama de revêtir ses habits de chef de l’État et d’engranger des soutiens, comme celui du maire de New York, Michael Bloomberg. Retour sur quatre précédents historiques qui ont bouleversé la course au dernier moment, ou pas.

# 1972, McGovern contre Nixon : la "paix" au Vietnam.

nixon et kissinger

© REUTERS

La surprise. Douze jours avant le scrutin, Henry Kissinger, conseiller à la Défense de Richard Nixon, candidat républicain à sa réélection, fait une annonce fracassante lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche : au Vietnam, où la guerre fait rage depuis quatre ans, "la paix est proche".

L’effet. Richard Nixon était déjà en avance dans les sondages, mais l’annonce d’Henry Kissinger a peut-être contribué à sa victoire sur le démocrate anti-guerre George McGovern. Même si la paix n’était en réalité pas si proche que cela, puisque l’armée américaine n’a quitté le Vietnam qu’en 1975.

# 1980, Carter contre Reagan : la crise des otages en Iran

La surprise. Une cinquantaine de diplomates américains sont retenus en otages à l’ambassade américaine à Téhéran depuis près d’un an et les négociations semblent au point mort. Le 21 octobre 1980, coup de tonnerre : le Premier ministre iranien, Ali Rajai, annonce soudain que les otages ne seront pas libérés tant que le démocrate Jimmy Carter sera le locataire de la Maison-Blanche.

Les otages américains en Iran libérés :





L’effet. Le républicain Ronald Reagan remporte l’élection et les otages sont libérés le jour même de son investiture. La crise des otages a bien eu un effet sur le scrutin, en contribuant à créer le doute quant aux compétences de leader de Jimmy Carter, analyse la BBC.

# 2000 : Gore contre Bush : des erreurs de jeunesse

George W. Bush et Al Gore en 2000

© REUTERS

La surprise. Le 3 novembre 2000, un démocrate du Maine révèle que le candidat républicain George W. Bush a été arrêté dans cet État en 1976 pour conduite en état d’ivresse. L’intéressé, qui fait face au démocrate Al Gore, reconnaît avoir commis "quelques erreurs" dans sa jeunesse.

L’effet. Rarement une élection présidentielle américaine aura été aussi serrée : George W. Bush gagne après un recomptage des voix en Floride. Son addiction passée à l’alcool n’est pas une nouveauté et pour huit Américains sur dix, l’incartade du candidat n’est pas pertinente pour la campagne.

#2004, Kerry contre Bush : la vidéo de Ben Laden

La surprise. Encore traumatisés par le 11-Septembre, les États-Unis sont pris dans le bourbier irakien. A moins d’une semaine du vote, la chaîne al-Jazeera diffuse une vidéo dans laquelle Ben Laden lance des menaces.

Le message d'Oussama Ben Laden, le 29 octobre 2004 :







L’effet. L’apparition du chef d’Al-Qaïda rappelle à l’Amérique que le terrorisme est un véritable enjeu de l’élection. George W. Bush est réélu avec une large avance.