Sale temps (aussi) pour les policiers de Cerdanyola

  • A
  • A
Sale temps (aussi) pour les policiers de Cerdanyola
@ EUROPE1
Partagez sur :

LES HISTOIRES D'@ - Ils se sont filmés, en train de réaliser une chorégraphie douteuse, durant une patrouille.

Ah le prestige de l’uniforme, ce n’est plus tout à fait ce que c’était… A 500 kilomètres de Marseille et de ses policiers ripoux présumés, qui avaient visiblement l’habitude de cacher quelques billets dans des boîtes à gâteau, direction Cerdanyolan, dans la banlieue de Barcelone. Là, deux policiers ont eu la riante idée de se filmer en train de parodier le clip tout en élégance de trois chanteuses russes. Dans leur voiture, alors qu’ils patrouillaient. Des centaines de milliers de visionnages sur YouTube plus tard, ils ont été suspendus de leurs fonctions. Pour en savoir plus, cliquez ici.

« Poli lovers », c’est le surnom qu’ont gagné les deux agents. « Mama Lover », c’était le titre de la chanson du groupe Serebro. Dans la version originale du clip, on y voit trois jolies poupées russes faire une virée en voiture. La musique est à fond dans l’habitacle et les donzelles transforment le véhicule en boîte de nuit roulante. Leur chorégraphie est pour le moins suggestive. On notera la présence de jupes, courtes, et de sucettes.

Nos deux policiers, dans leur vidéo, ont fait « tout pareil ». Ou presque. Ils ont gardé leur uniforme, armes y compris, mais ont remplacé les sucettes par des bananes. Dans la chorégraphie, tout y est. C’est fin, ça se mange sans faim. Notre détail préféré : le moment où le policier au volant se cache les yeux comme un enfant pour ne plus voir la route.

La blague dure 3 minutes et 33 longues secondes. Et évidemment, elle n’aurait jamais dû se retrouver sur Internet. C’était sans compter le rôle primordial dans cette affaire de l’épouse d’un des agents. Le couple était au bord de la rupture, elle a voulu se venger, elle a balancé la vidéo sur YouTube. Avec cette petite mention : « Comme nous vivons dans un pays de guignols, il y a comme ça des emplois où on peut faire ce qu’on veut ».

Une enquête est ouverte. Les deux agents ont été suspendus et privés de paie en attendant les conclusions, précise le journal La Vanguardia. Car cette vidéo « porte atteinte à l’image de la police locale », ont fait remarquer les autorités de Cerdanyolan. Pour sûr.