Sacré à l'Eurovision, le Portugal fait un triomphe à Salvador Sobral

  • A
  • A
Sacré à l'Eurovision, le Portugal fait un triomphe à Salvador Sobral
Escorté par la police, Salvador Sobral a été accueilli à Lisbonne par une foule de fans.@ PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP
Partagez sur :

Salvador Sobral, jeune crooner portugais sacré à l'Eurovision samedi soir, a été accueilli à son retour à Lisbonne par une foule d'admirateurs survoltés, escorté par la police.

Comblé par la victoire de son candidat à l'Eurovision, le Portugal a salué l'exploit de Salvador Sobral, un jeune crooner souffrant du cœur accueilli en triomphe par des centaines de fans dimanche à l'aéroport de Lisbonne. Moins de 24 heures après avoir été sacré à Kiev, offrant à son pays un tout 1er succès dans ce concours sexagénaire, le chanteur de 27 ans a été acclamé par une foule d'admirateurs survoltés, criant leur joie à pleins poumons : "Salvador ! Salvador ! Portugal ! Portugal !".

Réception digne d'une rock-star. Escorté par des policiers en compagnie de sa sœur aînée Luisa Sobral, auteure de la composition gagnante et elle aussi chanteuse à succès, le jeune homme aux cheveux longs et à la barbe clairsemée a eu du mal à se frayer un chemin à travers la foule compacte qui s'était massée dans le hall de l'aéroport, afin d'atteindre la voiture qui les attendait à l'extérieur. Visiblement abasourdi par une réception digne d'une rock-star, le chanteur à la santé fragile, qui attend une greffe en raison d'une grave insuffisance cardiaque, n'a alors que timidement salué ses admirateurs, tout en gardant le sourire, un bouquet de roses dans les mains.



"Je sais que c'est éphémère". "Ce prix va provoquer une certaine folie autour de moi, mais je sais que c'est éphémère. Moi, ce qui m'intéresse, c'est de faire de la musique qui a du sens", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse précédant son bref contact avec les fans qui l'attendaient. Dès samedi soir, Salvador Sobral a été porté aux nues par les dirigeants politiques du Portugal, qui se sont empressés de le féliciter : "Quand nous sommes très bons, nous sommes les meilleurs parmi les meilleurs", a notamment déclaré le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa.