Russie : un journaliste se prend un coup de poing en plein direct

  • A
  • A
Russie : un journaliste se prend un coup de poing en plein direct
L'homme, visiblement alcoolisé, n'a pas hésité à frapper le journaliste en plein direct.@ capture d'écran de la vidéo de NTV
Partagez sur :

"Si tu me parles encore comme ça, put***, tu vas t'en manger une", a crié l'agresseur au journaliste qui lui demandait de se taire pendant son intervention.

Un journaliste de télévision russe s'est pris un coup de poing en pleine figure alors qu'il était en direct mercredi dans un parc de Moscou pour les festivités traditionnellement agitées de la journée des parachutistes.

Une fête patriotique. Nikita Razvozjaïev, journaliste de la chaîne de télévision pro-Kremlin NTV, louait le professionnalisme des unités de parachutistes russes quand un homme barbu apparemment ivre s'est approché de lui en balbutiant quelque chose sur l'invasion de l'Ukraine, pays en proie à un conflit armé entre forces régulières et rebelles pro-russes.

"Si tu me parles encore comme ça, tu vas t'en manger une". Lorsque le journaliste lui a demandé gentiment de se taire, l'homme lui a lancé une forte droite au menton, le forçant à cesser son intervention télévisée. "Si tu me parles encore comme ça, putain, tu vas t'en manger une", a crié l'assaillant, présenté comme un dénommé Dmitri Orlov. 

La vidéo de l'incident, qui s'est produit dans le célèbre parc Gorki de Moscou, a été regardée par plus de 400.000 personnes sur le site de la chaîne NTV. L'assaillant a rapidement été arrêté par la police, selon la chaîne.

L'agresseur a présenté ses excuses. La fête des parachutistes, célébrée en Russie le 2 août, donne lieu à de nombreuses bagarres provoquées par des membres, actifs ou anciens, de ces troupes d'élite dans les rues et les parcs à travers le pays où ils se réunissent pour boire en plein air et manifester leur bravade. NTV a ensuite montré des images de l'homme dans un commissariat s'excusant pour son geste et proposant de dédommager financièrement le journaliste.

Regardez les excuses de l'assaillant (seulement en russe) :